Revue de presse quotidienne de ce lundi 31 août 2020

31 Août 2020 à 09:24 Presse
Revue de presse quotidienne de ce lundi 31 août 2020

Ci-après les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi 31 août 2020 

L’Economiste

• Secteur automobile : Le Maroc, élève sérieux! Au-delà de la crise actuelle, tout porte à croire que l’industrie automobile marocaine restera a l’avenir en position de force pour capitaliser sur des plans de restructuration en raison de la proximité et des relations commerciales assez développées avec l’Europe, l’Afrique et le Moyen Orient. «Les entreprises manufacturières étrangères continuent d’être attirées vers le Maroc par des arguments forts tels que la situation géographique favorable, la proximité ou encore les liens logistiques assez développés avec l’Europe, l’Afrique de l’Ouest… », confirme une étude récente de Fitch Solutions. Sur un tout autre registre, les analystes prévoient que la production de véhicules « made in Morocco » rebondira rapidement avec une éventuelle croissance de l’ordre de 14,8% en 2021.

• Import-export : Tanger Med se dote d’un 3è scanner. Tanger Med booste ses capacités de traitement. La plateforme portuaire vient de mettre en service un troisième scanner de contrôle pour les camions de transport TIR, l’épine dorsale du commerce extérieur marocain. Le nouveau système permet de contrôler 30 camions par heure, ce qui porte la capacité totale du port à 90 camions par heure, un camion toutes les 40 secondes, selon Tanger Med. Le scanner est installé à l’ «Export Access», la plateforme par laquelle transitent les camions d’import-export. Elle s’étend sur 19 hectares et permet de traiter jusqu’à 2. 100 unités de fret par jour, conteneurs et remorques TIR.

L’Opinion

• Rentrée scolaire : les non-dits de Saaid Amzazi. Comme prévu, l’enseignement à distance demeure la règle et le présentiel l’exception. Ce qui impose aux écoles de s’adapter pour combiner de manière flexible entre les deux modes selon l’évolution de la situation épidémiologique, sachant que le pouvoir de décision est délégué aux académies régionales. Pour le protocole sanitaire, il se limite aux gestes barrières ordinaires tels que la distanciation physique, la stérilisation des élèves, l’obligation du port du masque pour les enfants à l’école dès la cinquième année du primaire et la mise en place des salles d’isolation en cas de cas suspects. En laissant le choix aux parents d’envoyer leurs enfants ou non, le ministère risque de se confronter au scénario d’un recours massif au présentiel qui demeure une hypothèse des plus envisageable. Notamment au vu des contraintes d’un système distanciel qui avait montré toutes ses limites lors de la période du confinement.

• Rabat : Accès interdit à la plage sans CIN. La capitale impose une nouvelle mesure pour endiguer la propagation du nouveau Coronavirus. En effet, toute personne qui désire se rendre à la plage devra être munie de sa carte CIN, portant l’adresse d’un des quartiers de la ville. Les estivants qui habitent ailleurs non pas le droit d’y accéder, de sources sûres. Il est à noter que la seule plage accessible est celle de Rabat. Cette dernière est la seule qui reste ouverte sur la côte Atlantique entre Kénitra et Casablanca, les autres demeurent fermées.

Le Matin

• La Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme salue les efforts déployés par le Maroc et la Suisse pour renforcer des Organes des Traités des droits de l’Homme de l’ONU. Dans le cadre de leur mandat de facilitation du processus de renforcement des Organes des Traités des droits de l’Homme de l’ONU, l’ambassadeur Omar Hilale, Représentant Permanent du Maroc auprès de l’ONU, et l’ambassadeur de Suisse, Mme Pascale Baeriswyl, ont tenu une séance de travail, à Genève, avec la Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, Mme Michèle Bachelet, et son équipe. Lors de cette réunion, les Ambassadeurs du Maroc et de la Suisse ont briefé la responsable onusienne sur l’avancée des travaux du processus de renforcement des Organes de traités et les différentes réunions de consultation organisées à New York et à Genève avec tous les acteurs concernés, notamment les Etats membres de l’ONU, les Présidents des Organes des Traités, la société civile et les Institutions nationales des Droits de l’Homme. Dans ce contexte, la responsable onusienne a salué les efforts déployés par le Maroc et la Suisse pour améliorer le travail et le fonctionnement de ces Organes. A cet effet, elle a remercié les deux ambassadeurs pour leur ferme engagement dans ce sujet et s’est félicitée de l’approche inclusive et transparente qu’ils ont imprégnée à ce processus. Elle a, en outre, relevé l’intérêt accordé à ce processus par tous les acteurs concernés.

• Réunion à distance sur la mise en œuvre de la convention portant création de la Maison méditerranéenne du climat. La présidente du Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Fatima El Hassani, a tenu récemment une réunion par visioconférence avec le Haut-Commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, Abdeladim El Hafi, également président de la Fondation de la Maison méditerranéenne du climat (MMC). Cette réunion, à laquelle ont également pris part des membres du bureau exécutif de la MMC, a été l’occasion pour les deux responsables d’examiner les moyens de mise en œuvre de la convention approuvée par le Conseil régional durant la session de mars 2018 et portant création et gestion de la Maison méditerranéenne du climat à Tanger, a indiqué le Conseil de la région. La création de la Maison méditerranéenne du climat pour l’ouvrir à l’ensemble des acteurs et porteurs de projets dans le domaine est une initiative constructive et importante pour rassembler les efforts autour d’un seul but à savoir sauver le climat au niveau du bassin méditerranéen, a souligné Mme El Hassani.

Libération

• Vers le renforcement de la contribution du secteur privé dans la réduction de la pauvreté. Le rôle des entreprises dans la lutte contre la pauvreté a été au cœur d’un atelier virtuel organisé, récemment, par le Global Compact des Nations Unies au Maroc et la Commission entreprise responsable et citoyenne de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Cet atelier, qui a connu la participation des entreprises de différentes tailles opérant dans divers secteurs, notamment celles disposant du label « responsabilité sociétale des entreprises » (RSE) de la Confédération, a été l’occasion de discuter des approches pour renforcer la contribution du secteur privé dans la réduction de la pauvreté, indiquent les deux parties dans un communiqué conjoint. S’inscrivant dans le cadre d’une démarche de responsabilité partagée qui met en évidence l’engagement des entreprises dans un plan de relance économique inclusive et équitable, cette rencontre a été marquée par la présentation de l’outil « Empreinte Pauvreté » qui est un dispositif d’évaluation développé conjointement avec l’organisation non-gouvernementale Oxfam.

• Diffusion de faux contenus sur le coronavirus. Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Fès ont interpellé, vendredi soir, un individu de 62 ans pour son implication présumée dans la diffusion, via les systèmes d’informations, de faux contenus remettant en cause les mesures des autorités publiques pour lutter contre la pandémie du Covid-19 et portant atteinte aux institutions constitutionnelles. Le mis en cause avait publié plusieurs contenus numérique, posts et photos montées contenant des données erronées remettant en cause les mesures publiques prises pour limiter la propagation de la pandémie du Covid-19, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), ajoutant que ces publications comprenaient également des insultes et outrages à l’égard des corps constitués et des institutions constitutionnelles.

Al Bayane

• Explosion de Beyrouth : le ministre libanais des AE exprime l’estime du Liban pour l’aide marocaine. Le ministre libanais des affaires étrangères, Charbel Wehbé a exprimé l’estime et la gratitude de son pays pour la noble initiative de SM le Roi Mohammed VI d’envoyer une aide humanitaire et médicale d’urgence au Liban suite à l’explosion au port de Beyrouth. Lors d’un entretien avec l’ambassadeur du Maroc au Liban, M’hamed Grine, le chef de la diplomatie libanaise a fait part de ses remerciements pour le soutien de SM le Roi qui a bien voulu donner Ses Hautes instructions pour l’envoi de ces aides ayant contribué amplement à panser les blessures des Libanais. Il a saisi cette occasion pour saluer le niveau et la qualité des prestations prodiguées par l’hôpital militaire de campagne marocain aux sinistrés de l’explosion.

• Tourisme: Les recettes en chute de plus de 33% au 1er semestre 2020. Les recettes du tourisme ont accusé un repli de 33,2%, soit 11,1 milliards de dirhams (MMDH), au terme des six premiers mois de cette année, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relevant du ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration. « Le secteur touristique, qui a connu une baisse de sa valeur ajoutée de 7% au premier trimestre 2020, après une hausse de 2,9% il y a une année, continue d’afficher des retraits importants au niveau de ses recettes », souligne la DEPF dans sa note de conjoncture du mois d’août. Ces recettes ont cumulé une baisse de 71,7% au titre du deuxième trimestre 2020, soit une perte de 11,8 MMDH, poursuit la même source, relevant que le nombre des arrivées touristiques s’est replié de 63% à fin juin 2020 et celui des nuitées réalisées dans les établissements d’hébergement classés de 59%.

Al Massae

• Impôt sur la fortune : manque à gagner de 6,17 milliards $. Si le Maroc avait mis en place un impôt sur la fortune de 2% à partir de 2010, il aurait collecté suffisamment de recettes fiscales pour améliorer les soins de santé publique. C’est ce qui ressort d’un rapport publié par l’ONG OXFAM, précisant qu’une taxe de 2% sur le patrimoine aurait permis de lever 6,17 milliards $ de 2010 à 2019. Ces recettes auraient permis au Maroc d’étendre l’assurance maladie obligatoire à des millions de personnes supplémentaires, d’investir dans l’amélioration des soins de santé publique et dans le renforcement des systèmes de sécurité sociale.

Assahraa Al Maghribiya

• SM le Roi Mohammed VI a pris des décisions « probantes et efficaces » face à la pandémie. Les mesures et décisions prises par Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans le cadre de la lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus sont « probantes et efficaces », a affirmé l’expert péruvien en relations internationales, Christian Ramirez Espinosa. Depuis l’apparition des premiers cas confirmés du Covid-19 dans le Royaume, le Souverain a ordonné « de prendre et de mettre en œuvre un ensemble de mesures et d’initiatives concrètes pour faire face à la pandémie, aussi bien au niveau sanitaire qu’en termes de répercussions économiques », a ajouté Ramirez Espinosa, notant que le Maroc a formulé une feuille de route claire pour surmonter cette crise sans précédent avec le moins de dégâts possibles. « Le Maroc a lancé, dans le cadre de cette feuille de route, des projets visant à promouvoir le développement et la justice spatiale afin d’assurer la protection sociale de tous les citoyens », a souligné l’expert péruvien, précisant que « cette crise sanitaire constitue également une opportunité de diagnostiquer et de remédier aux lacunes du modèle de développement ».

Al Ahdath Al Maghribiya

• La BEI et Al Amana Microfinance signent un accord de financement pour soutenir les micro-entreprises et TPE marocaines. La Banque européenne d’investissement (BEI) et Al Amana Microfinance ont signé un accord d’un montant de 3 millions d’euros pour soutenir l’accès au financement et le développement des micro et très petites entreprises marocaines, annonce un communiqué de la BEI. Environ 11.560 entrepreneurs ayant un accès très limité aux ressources financières pourront bénéficier de ce projet de financement européen, indique la même source, précisant qu’une attention particulière sera accordée aux femmes avec un objectif de 45%, ainsi qu’au développement des activités génératrices de revenus en zones rurales, à hauteur de 48% de l’enveloppe dédiée, grâce au réseau de distribution d’al Amana. La BEI, poursuit le communiqué, accorde une importance cruciale au développement du secteur privé et à la promotion de l’investissement et de l’inclusion économique et sociale, aussi bien au profit des grandes entreprises que pour les Micro et les TPE. Elle est fortement mobilisée pour apporter son appui financier aux micro-entreprises et très petites entreprises, et aux travailleurs indépendants.

Akhbar Al Yaoum

• Appel à l’autorisation de substituer tout médicament en rupture par son équivalent. Face aux perturbations engendrées par la rupture de médicaments surtout dans cette période de crise sanitaire, les pharmaciens se mobilisent pour trouver des solutions. Pour ce faire, le Conseil national de l’ordre des pharmaciens a envoyé une lettre au ministre de la Santé pour demander l’autorisation de pouvoir substituer tout médicament en rupture par son équivalent. « Suite aux perturbations liées au Covid-19, nous assistons à des ruptures de médicaments qui risquent de s’aggraver », écrit le Conseil national de l’ordre des pharmaciens, ajoutant que certains prescripteurs ont déjà commencé à demander aux pharmaciens d’officine de substituer des médicaments par leurs équivalents.

Bayane Al Yaoum

• Les établissements scolaires appelés à revoir leur gestion administrative et pédagogique. Le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a appelé les établissements scolaires à revoir les formules et les méthodes de leur gestion administrative et pédagogique, à privilégier l’innovation pédagogique et à réaliser la transformation numérique requise. Dans une note d’orientation adressée aux responsables pédagogiques à l’occasion de la rentrée scolaire 2020-2021, marquée par la propagation de la pandémie de Covid-19, le ministère a mis l’accent sur la nécessité de proposer des solutions concrètes tenant compte des particularités et de l’environnement des établissements scolaires, afin de répondre de manière appropriée aux exigences d’une adaptation rapide aux différents modèles éducatifs. Cette note, qui détermine les principes, les piliers et les principales orientations encadrant le fonctionnement réel des modèles d’enseignement adoptés, qui seront appliqués concrètement au niveau des établissements scolaires, appellent également les directeurs des établissements scolaires à appliquer d’une manière efficace et optimale les différents mécanismes et dispositifs de gestion de l’établissement et de ses organes participatifs.

Rissalat Al Oumma

• Laâyoune : deux interpellations pour implication présumée dans une affaire de trafic de drogue et possession d’arme à feu. Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Laâyoune ont procédé, vendredi, sur la base d’informations précises fournies par la Direction Générale de la Surveillance du Territoire National (DST), à l’interpellation de deux individus pour leur implication présumée dans une affaire de possession et de trafic de drogue et de psychotropes, et de possession d’une arme à feu. Les deux mis en cause, âgés de 20 et 34 ans, ont été interpellés à bord d’un 4×4 dans le quartier Al Wahda à Laâyoune, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), précisant que les opérations de fouille ont permis la saisie, à bord du véhicule, d’une arme de chasse, de 92 cartouches et de 4 douilles. Par ailleurs, les perquisitions réalisées au domicile de l’un des suspects a permis la saisie de 20 ballots de chira, dont le poids total avoisine 493 kilogrammes, ajoute la même source.

Al Ittihad Al Ichtiraki

• Le SG de l’ONU réaffirme le rôle de l’Algérie dans le différend régional sur le Sahara marocain. Dans un rapport adressé à l’Assemblée générale des Nations Unies, couvrant la période de 2011 à 2020, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a mis en exergue l’examen de la question du Sahara marocain, par le Conseil de sécurité, en tant que différend régional, sous le Chapitre VI de la Charte des Nations Unies, relatif au règlement pacifique des différends. «Pendant la période considérée, le Conseil de sécurité a continué d’examiner les rapports du Secrétaire général et adopté des résolutions sur la situation concernant le Sahara», a souligné M. Guterres, ajoutant que «les envoyés et représentants spéciaux du Secrétaire général ont continué de consulter les parties sur les moyens de remédier à la situation». Dans ce cadre, Guterres a rappelé l’organisation, en Suisse, les 5-6 décembre 2018 et 21-22 mars 2019, par l’ancien Envoyé personnel Horst Köhler, de deux tables rondes entre le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le « polisario », « qui ont constitué les premières rencontres en face à face dans le cadre du processus politique, depuis 2012» consacrant, une nouvelle fois, le rôle de l’Algérie en tant que partie principale au différend régional sur le Sahara marocain, comme cela a été établi par le Conseil de Sécurité, notamment dans ses résolutions 2440 (2018), 2468 (2019) et 2494 (2019).

Al Alam

• Secteur automobile : baisse des exportations d’environ 33% à fin juin. A fin juin 2020, les exportations de biens se sont repliées de 18,3% pour s’établir à 121,3 milliards de dirhams. C’est ce qui ressort de la dernière note de conjoncture mensuelle publiée par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF). Ce recul fait suite à la diminution des ventes de la quasi-totalité des secteurs, fortement touchées par les implications néfastes de la pandémie de Covid-19. L’automobile est en tête des secteurs ayant le plus souffert en cette période, avec un chiffre d’affaires à l’export qui s’est rétracté de 33% pour s’établir à 28,1 milliards de dirhams. Cette évolution résulte, essentiellement, du recul des ventes des segments de la construction automobile (-40,3%) et du câblage (-38,8%). La part de ce secteur dans le total des exportations s’élève, ainsi, à 23,2% contre 28,3% un an auparavant.

Revue de presse quotidienne de ce samedi 29 août 2020