Mohammed Karim Lamrani, figure emblématique de l’ère de Hassan II

20 Sep 2018 à 11:33 Société
Mohammed Karim Lamrani, figure emblématique de l’ère de Hassan II

Mohammed Karim Lamrani, premier ministre de six gouvernements à l’ère de Hassan II, militant du parti l’Istiqlal, président du groupe Safari, ex directeur de l’Office Chérifien des phosphates, n’est plus. Il est décédé dans la nuit du mercredi à jeudi de mort naturelle à l’âge de 99 ans.

Les deux premières fois où il était premier ministre au Maroc étaient successivement en 1971 et en 1972, tandis que les quatre dernières se sont étalées de 1982 à 1994.

Son nom ne cessait de revenir pendant le règne de Hassan II. Le défunt a contribué, à travers son parcours, à façonner et à meubler le paysage politique du pays.

Feu Mohammed Karim Lamrani est l’une des figures emblématiques de l’Office Chérifien des Phosphates dont il fut le premier patron.

Sa fortune et son pouvoir politique ne l’ont pas fait renoncer à sa discrétion. Un trait de caractère pour lequel il était connu sous ses différentes casquettes.

L’ancien premier ministre a toujours été « le gilet de sauvetage » des périodes transitoires. Il a aussi fait parler de lui après le coup d’Etat de Skhirate (1971): Il a « accepté » le poste de premier ministre, alors que tout le monde essayait de fuir cette responsabilité alors « pesante ».

Le défunt était en bonne entente aussi bien avec le milieu bourgeois et l’élite financière du pays qu’avec la classe politique et les syndicats.

C’était l’un des chefs d’entreprises les plus célèbres du Maroc post-indépendance. Celui qu’on surnommait avec admiration, et « affection », «le bulldozer» a fondé et dirigé plusieurs entreprises dans de nombreux secteurs d’activités, structurées au sein de la holding familiale Safari, actuellement dirigée par sa fille Saïda Karim Lamrani.

Matières techniques et scientifiques : l’amazigh et l’arabe tomberont aux oubliettes