Laboratoires/Test PCR: Erreurs, résultats douteux…les nerfs des citoyens mis à rude épreuve

10 Août 2020 à 16:34 Société
Laboratoires/Test PCR: Erreurs, résultats douteux…les nerfs des citoyens mis à rude épreuve

C’est une affaire des plus troublantes. Un groupe d’amis qui “squattent” un café du centre ville de Casablanca, ont appris qu’une de leur connaissance rencontrée au courant de la semaine, a été diagnostiquée positive au Covid-19. Pris de panique, surtout que la personne infectée était rentrée en contact avec plusieurs d’entre eux, ils se sont dirigés vers un laboratoire réputé de la métropole pour effectuer les tests nécessaires. S’en suit une véritable mésaventure. Détails.

Parmi les 6 personnes ayant réalisées le test (PCR) dans le même laboratoire, deux ont été testées positives, dont un client du café, tandis qu’un troisième a été invité à refaire le test puisque les premiers résultats « n’étaient pas sûrs« . Un test PCR, rappelle-t-on, facture à 700 Dhs et qu’il a dû payer à deux reprises, nous-a-t-il confié. Finalement, il s’est révélé négatif.

Mais pour les deux autres, l’histoire est toute autre. Après les résultats positifs et un diagnostic précisant +cas asymptomatiques+, a commencé pour eux une « descente aux enfers« : Ils ont des familles, des enfants, avec qui ils sont rentrés en contact entre temps.

Isolement, inquiétude pour la famille, médication, la vie a changé pour eux, alors q’ils se sentaient « parfaitement bien », physiquement du moins!

Le client du café, qui s’est confié à Hespress Fr, sous couvert d’anonymat, nous raconte la suite: « on s’est rendu deux jours plus tard avec mon épouse, également testée positive, au laboratoire de l’hôpital Cheikh Zayd, pour faire un autre test et écarter le doute ». Ils ont donc réalisé un test PCR et sérologique, le tout à 600 DHS.

À leur grande surprise, le test se révèle, aussi bien pour lui que pour son épouse. Il a immédiatement contacté son autre ami contaminé pour lui annoncer d’une part la bonne nouvelle, mais aussi pour lui demander de faire un autre test dans un autre laboratoire. Surprise numéro deux : il s’avère également négatif au Covid-19. Conclusion : le laboratoire en question, chez qui les deux individus avaient réalisé le premier test, se serait-il trompé?

Rongés de colère, de doute et d’inquiétude, ils retournent au laboratoire qui a vite reconnu l’erreur en avançant que « ce sont des choses qui arrivent » et que « l’erreur est humaine« .

Menacé d’un recours en justice, le laboratoire a finalement accepté de rembourser les  frais de test, demandant que « cette affaire ne soit pas dévoilée« .

Mais ce n’est pas une question d’argent”, nous dit le client du café. “Ils m’ont mis dans une situation critique. J’ai paniqué quand j’ai appris que j’étais positif au Covid-19. J’avais peur pour moi, mais encore plus pour ma famille, mes enfants. Je ne savais pas si je les avais contaminés ou pas ou encore mes parents à qui je venais de rendre visite et qui sont des sujets à risque vu leur âge”, souligne-t-il.

Et de s’interroger : “ comment peut-on annoncer avec certitude à une personne qu’elle est porteuse d’un virus mortel, sans en avoir la pleine certitude? Ils ne se sont pas souciés de notre état d’esprit après l’annonce. Et si je n’avais pas réalisé un deuxième test ? J’aurais suivi un traitement Covid-19 alors que je ne suis pas porteur du virus, et j’aurais pris la place de quelqu’un d’autre à l’hôpital qui a besoin d’être traité”.

Il revient également sur le volet financier. « Il n’y a pas que moi. Après le premier test qui s’est révélé +positif+ pour mon épouse et moi, j’ai dû le faire pour tous mes employés, et cela chiffre. J’ai dû aussi refaire pour ma femme et moi, et la facture a encore grimpé », nous dit-il.

Notre interlocuteur se demande à cet égard s’il ne s’agit pas là “d’un nouveau business fructueux pour les laboratoires” en pleine crise sanitaire, c’est à dire un moment où ils doivent plutôt faire preuve de “solidarité et d’humanisme”.

Affaire à suivre…

Prolongation de l'état d'urgence sanitaire: La RAM reconduit les vols spéciaux jusqu'au 10 septembre