Hong Kong: Carrie Lam sanctionnée par Washington

08 Août 2020 à 01:25 Monde
Hong Kong: Carrie Lam sanctionnée par Washington

La dirigeante de Hong Kong Carrie Lam a été ajoutée a une liste de personnes sanctionnées par les Etats-Unis vendredi. Au total, onze dirigeants hongkongais sont visés par les sanctions américaines.

Parmi les responsables hongkongais visés par les nouvelles sanctions figurent également, le responsable hongkongais de la police, le secrétaire à la Sécurité et celui à la Justice. Ces personnes sont accusées par Washington de chercher à restreindre l’autonomie du territoire ainsi que « la liberté d’expression ou de réunion » de ses habitants.

« Les Etats-Unis soutiennent le peuple de Hong Kong et nous utiliserons nos outils et nos autorités pour cibler ceux qui portent atteinte à son autonomie », a déclaré vendredi le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin dans un communiqué

Ces sanctions américaines qui prévoient notamment la saisie des biens des personnes concernées aux Etats-Unis font partie d’une série de mesures prises par les Etats-Unis contre la Chine qui a renforcé son pouvoir sur l’ancienne colonie britannique avec l’instauration d’une loi sur la sécurité nationales.

Les tensions entre les deux grandes puissances mondiales montent crescendo et touchent plusieurs sujets notamment la situation des droits de l’homme avec le traitement infligé aux musulmans Ouighours.

Depuis que Hong Kong a été le théâtre de manifestations massives et jamais enregistrées jusqu’ici en 2019, Pékin a cherché à imposer son pouvoir encore plus sur l’île notamment en imposant cette loi vue comme un moyen de museler la société et les manifestants.

Cette loi sur la sécurité nationale a été très critiquée dans le monde et nuit, selon les démocraties occidentales au principe « Un pays, deux systèmes » qui régit l’île rétrocédée à la Chine en 1997.

La loi sur la sécurité nationale, imposée fin juin par Pékin à Hong Kong, « a non seulement sapé l’autonomie de Hong Kong, mais a également violé les droits des habitants de Hong Kong, permettant aux services de sécurité de la Chine continentale d’opérer en toute impunité dans la région », a estimé le Trésor américain.

Coronavirus : un jour dans le monde