Concours commun de médecine: 55.965 candidats, 88 centres d’examens, et 3 langues

05 Août 2020 à 15:46 Société
Concours commun de médecine: 55.965 candidats, 88 centres d’examens, et 3 langues

Les épreuves communes d’entrée en première année universitaire des cycles de médecine, pharmacie et médecine dentaire se sont déroulées ce mercredi 5 août dans 88 centres aménagés à proximité des lieux de résidence des candidats au niveau national, dans le but de garantir leur sécurité en pleine crise sanitaire liée à la propagation du Covid-19.

Pour cette année 2020, exceptionnelle à toutes les échelles, une nouvelle approche a été adoptée par le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour l’accès aux facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire dans le but d’assurer l’égalité des chances entre tous les candidats.

Photo : Soufiane Belkouri

Cette approche, rappelons-le, consiste en l’organisation d’un concours commun d’accès à la première année des études en médecine au lieu des 11 concours habituellement organisés ainsi que la mise en place d’une plateforme (www.concoursmed.ma) pour gérer toutes les étapes du concours commun présentiel. Il est à souligner que les épreuves du concours commun de médecine pourront être passées cette année en 3 langues différentes, à savoir l’Arabe, le Français et l’Anglais selon le choix de chaque candidat.

Ainsi, ce sont 55.965 candidats qui ont passé le concours commun au niveau national. La durée d’examen est de 3 heures pour 4 matières (physique, chimie, mathématique, Science de la vie et de la terre), soit 45 min la matière, nous explique le directeur de l’Académie régionale d’éducation et de formation (AREF) de la région de Rabat-Salé-Kénitra, dont le département s’est chargé d’un volet logistique des épreuves.

Dans les détails, 12.654 candidats de la région de Casablanca-Settat ont passé le concours de médecine, 8.651 candidats dans la région de Rabat-Salé-Kénitra, 4.489 candidats dans la région de Souss-Massa, 4.034 candidats dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, 3.741 candidats dans la région de Béni Mellal-Khénifra, 2.508 candidats dans la région de Daraâ-Tafilalet, 198 candidats dans la région Ed Dakhla-Oued Ed Dahab, 8.135 candidats dans la région de Fès-Meknès, 737 candidats dans la région de Guelmim-Oued Noun, 689 candidats dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, 6.253 dans la région de Marrakech-Safi et 3.876 dans la région de l’Oriental.

Présent ce matin à la faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales de Salé, qui a accueilli cette année, et pour la première fois, les candidats au concours commun de médecine dans le respect des consignes de préventions contre le Covid-19, le ministre délégué chargé de l’Enseignement supérieur, Driss Ouaouicha  a déclaré à Hespress Fr que «ce concours commun d’accès aux facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire est exceptionnel dans trois mesures ».

Photo : Soufiane Belkouri

La première mesure, « c’est qu’il s’agit d’un seul examen pour toutes les facultés et pour les trois disciplines des études médicales (médecine, pharmacie et dentaire)». Deuxième élément, « c’est que l’examen se passe dans les antennes universitaires les plus proches des bacheliers, comme ça on réduit les déplacements et on réduit les risques de contagion et de contamination », explique-t-il.

Troisième élément, poursuit le responsable, est que « ceci nous a permis d’élargir la poule de sélection. C’est comme ça que cette année, il y a 56.000 candidats qui ont la chance de passer le concours ».

« Aujourd’hui, c’est aux candidats au concours commun de médecine de prouver s’ils se trouvent au top du pourcentage qui sera choisi par les professeurs et les doyens. Et tout ceci a été facilité en grande partie grâce au concours des académies régionales (AREF) qui ont une longue expérience accumulée avec le baccalauréat et la couverture de tout le Royaume, et ils ont été d’un apport très significatif. Nous les en remercions. C’est leurs élèves auxquelles ils disent au revoir et auxquelles nous dirons bienvenue », a conclu le ministre.

S’agissant de l’organisation du concours commun de médecine, le doyen de la faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales de Salé, Khalid Hamouss, où se passe pour la première fois ce type de concours, a indiqué à Hespress Fr, qu’il y a eu « une grande préparation avec la présidence, le département de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et bien évidemment les autorités locales ».

Photo : Soufiane Belkouri

Il nous a en ce sens expliqué que les amphithéâtres qui ont une capacité d’accueil de 600 étudiants, en ont accueilli 90 pour le concours afin de respecter un mètre et demi de distance préconiser par les autorités locales dans le cadre de la pandémie du Covid-19. Les petites salles qui ont une capacité d’accueil de 60 étudiants, en ont accueilli 30 avec la même distance d’un mètre et demi minimum.

« Bien sûr nous avons assuré les solutions hydroalcooliques et bavettes, mouchoirs et même une bouteille d’eau aux candidats, pour créer de bonnes conditions de confort pour les nouveaux bacheliers. Les autorités locales nous ont énormément aidés et nous ont  fourni des idées très intéressantes pour assurer le passage du concours dans de bonnes conditions de protection de tous les bacheliers et du staff administratif et pédagogique dans ce contexte spécial de propagation de la pandémie du Covid-19 », a-t-il conclu.

Il convient de rappeler que cette année, et pour la première fois, le seuil de choix des candidats présélectionnés pour passer le concours commun d’accès aux facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire a été revu à la baisse. Il a été fixé à 12/20 (calculé à 75% sur la base de l’examen national du bac et à 25% sur celui du bac régional).

BAM/Retraite: Quelque 49 MMDH de cotisations collectées en 2019