Trump révoque le président de TVA pour « embauche de main d’œuvre étrangère »

04 Août 2020 à 22:37 Monde
Trump révoque le président de TVA pour « embauche de main d’œuvre étrangère »

Le président des Etats-unis, Donald Trump a déclaré avoir limogé le président de la Tennessee Valley Authority (TVA) Skip Thompson, critiquant la société fédérale pour avoir embauché des travailleurs étrangers.

Fondée en 1933, la TVA est une entreprise américaine chargée de la navigation, du contrôle des crues, de fabrication d’engrais, de la production d’électricité et du développement économique de la vallée du Tennessee (touchée par la Grande Dépression) mais également des parties de l’Alabama, du Mississippi et du Kentucky ainsi que de petites sections de Géorgie, de Caroline du Nord et de Virginie. Son siège est à Knoxville en Tennessee.

Trump a déclaré aux journalistes lors de son point de presse quotidien lundi à la Maison Blanche qu’il révoquait officiellement le président Skip Thompson et un autre membre du conseil d’administration Richard Howorth, et il a menacé de révoquer d’autres membres du conseil d’administration s’ils continuaient à embaucher de la main-d’œuvre étrangère. Thompson et Howorth avaient été nommé au poste de président par Trump en personne. Selon Trump, l’actuel PDG, Jeff Lyash, gagnerait 8 millions de dollars par an, mais n’ayant pas le pouvoir de le révoquer le locataire de la Maison Blanche a exhorté le conseil d’administration de TVA à embaucher immédiatement un nouveau directeur général qui « fait passer les intérêts des Américains au premier plan », ajoutant, « Le nouveau PDG ne doit pas être payé plus de 500 000 dollars par an». Donald Trump dans son élément a encore averti « Nous voulons que la TVA agisse immédiatement à ce sujet. … Que cela serve d’avertissement à tout conseil nommé par le gouvernement fédéral : si vous trahissez les travailleurs américains, vous entendrez deux mots : ‘’Vous êtes viré !’’ ».

Trump a déclaré que l’autorité de TVA avait remplacé nombre de ses travailleurs technologiques internes par des entrepreneurs qui dépendent fortement des travailleurs étrangers dans le cadre du programme de visa H1-B pour les travailleurs hautement qualifiés. Trump a en outre signé un décret imposant à toutes les agences fédérales de procéder à un audit interne pour prouver qu’elles ne remplacent pas les travailleurs américains qualifiés par une main-d’œuvre étrangère moins coûteuse. TVA  sous-traiterait 20% de ses emplois technologiques à des entreprises basées à l’étranger selon la Maison Blanche.

Le sénateur Républicain de Tennessee, Lamar Alexander, a indiqué que la TVA ne recevait pas d’argent des contribuables et a défendu le salaire du PDG, affirmant qu’il se situait dans le quart inférieur de ce que ses homologues gagnent dans d’autres grands services publics. Il a en outre déclaré : « TVA a peut-être fait preuve d’un mauvais jugement en embauchant des entreprises étrangères pendant une pandémie, mais, dans la plupart des cas, elle produit un très bon travail en produisant de grandes quantités d’électricité fiable et à faible coût. Les tarifs électriques résidentiels sont parmi les 25% les plus bas du pays, et les tarifs industriels sont parmi les 10% les plus bas », a déclaré Alexander dans un communiqué. « La dette de TVA est la plus faible en 30 ans, sa caisse de retraite est plus solide et TVA est le leader du pays dans les nouvelles centrales nucléaires ».

Coronavirus/Crise: Booking compte licencier le quart de ses effectifs