Santé: la connivence des cliniques privées avec les ambulanciers

02 Août 2020 à 16:03 Société
Santé: la connivence des cliniques privées avec les ambulanciers

Le système de santé au Maroc ne cesse de nous surprendre. Alors que la santé du citoyen doit primer avant et après tout, c’est le profit qui l’emporte finalement face à la manigance des cliniques privées et des ambulanciers (privés) qui s’emparent jusqu’au dernier sou du citoyen dans une absence totale de tout contrôle ou impunité de la part des autorités.

Ainsi, Hespress Fr s’est entretenu avec plusieurs parties concernées par les manœuvres douteuses  qui règnent dans les cliniques privées avec les ambulanciers, notamment des infirmiers et des citoyens qui ont assisté en direct à des scènes d’escroquerie ou qui ont eux-mêmes été victimes  d’arnaque.

Avant tout, il est important de souligner que l’ambulancier, à savoir la personne qui conduit une ambulance, doit avoir une formation d’ambulancier qui lui permet de prendre en charge une urgence ou intervenir en cas de besoins pour sauver des vies si la situation l’oblige, ce qui n’est absolument pas le cas chez la majorité des ambulanciers au Royaume. Il suffit d’avoir un permis de conduire et tout roule.

Selon une infirmière qui travaille dans une clinique réputée de la métropole, la plupart des cliniques privées négocient avec les ambulanciers pour chaque patient qu’il transporte chez eux. Pire ! L’ambulancier est même payé pour chaque nuitée passée au sein de la clinique et chaque acte réalisé sur le patient. Une collaboration très juteuse pour les deux parties.

Il y a des cliniques qui négocient avec les ambulanciers 10%, d’autres 20% voire même 30% sur chaque patient qu’il ramène chez eux. Bien sûr, ce pourcentage est rajouté à la facture du patient par la clinique sans qu’il ne s’en rende compte. Le plus drôle, et que l’ambulancier, quand il transporte un patient à une clinique avec qui il collabore, il prend le numéro de téléphone d’un membre de sa famille et l’appel tous les jours pour, soi-disant demander après lui. Mais le but de son appel est de savoir quels sont les actes qu’on lui a réalisés au sein de la clinique, pour assurer sa part du gâteau” nous confirme cette infirmière qui a plus de 20 ans d’expérience dans le domaine.

Il convient de rappeler que l’ambulancier, une fois qu’il transporte le patient à n’importe quelle clinique, il est payé pour sa prestation. Le prix varie selon la situation financière de chaque patient et dans quelle clinique il va le transporter. Le prix varie de 400 dhs à 1.500 dhs voire plus. Encore faut-il que l’ambulance soit équipée. La plupart d’entre elles ne disposent pas du minimum requis pour secourir le patient, mais il s’agit plutôt d’un transport.

Des cliniques sont parties trop loin dans leur business. Ils achètent carrément des ambulances qu’ils mettent à leur disposition H24, pour ne pas avoir justement à collaborer avec des ambulanciers privés et leur donner une part de la facture payée par le patient”, précise notre interlocutrice.

D’autre part, Hespress Fr s’est entretenu avec des citoyens qui ont été arnaqués par des ambulanciers. “Mon père a eu une crise d’asthme. On a appelé une ambulance qui insistait pour qu’on l’emmène à une clinique spécifique, sous prétexte qu’il sera bien pris en charge chez eux, etc. Moi, sous le choc de voir mon père dans son état de crise, je voulais juste arriver à n’importe quelle clinique le plus vite possible. Une fois arrivé. L’équipe sur place a fait le nécessaire. Quand je suis sorti voir l’ambulancier qui m’attendait devant la porte de la clinique, il m’a demandé 1.000 dirhams. J’étais surprise, surtout que la clinique en question était à deux pâtés de maisons de chez moi. D’ailleurs, même la bouteille d’oxygène n’était pas disponible à l’intérieur de l’ambulance. J’ai fait un scandale. Finalement je ne lui ai donné que 450 dhs” nous confie une jeune dame de la métropole.

Le manque d’équipements nécessaires et indispensables à l’intérieur des ambulances et monnaie courante. Une grande partie des ambulances privées ne dispose pas du minimum requis notamment une bouteille d’oxygène ou encore défibrillateur pour secourir le patient en cas de malaise extrême, nous assure une infirmière. D’ailleurs, nous entendons souvent des patients qui perdent la vie avant même d’arriver à la clinique, et le manque d’équipements peut justement constituer l’une des raisons du décès.

Face à la non-application des lois, l’absence de l’humanité et l’inexistence de contrôle, c’est la loi de la jungle qui règne.

Marrakech : Une femme arrêtée après le double meurtre de deux enfants de son époux