Casablanca: Une fête du mouton pas ordinaire

31 Juil 2020 à 11:26 Société
Casablanca: Une fête du mouton pas ordinaire

Comme chaque année, et à quelques jours seulement avant Aïd Al-Adha, la plupart des habitants de Casablanca quittent la métropole pour se rendre à leur ville natale et passer la fête religieuse auprès de leur famille. Ce qui fait que la ville est désertée la veille de l’Aid voire même une semaine après.

Ce n’est pas le cas cette année avec la pandémie du Covid-19 et la dernière décision du gouvernement de suspendre les déplacements de et vers 8 villes du Royaume. Le ville de Casablanca est toujours en mouvement.

En effet, cette dernière décision du gouvernement a malheureusement contraint un grand nombre de citoyens à passer Aïd Al-Adha à Casablanca, notamment les petits commerçants originaires des villages du Sud qui travaillent dans les épiceries et dans le bâtiment, ou encore des couples qui n’ont pas pu se rendre chez leur famille.

« J’avais acheté mon billet d’autocar pour le mardi 28 juillet pour me rendre à Imintanout (ville au sud du Royaume pas loin d’Agadir), mais j’ai été surpris par la décision des autorités de suspendre les déplacements. Je me suis rendu sur place à la gare d’Ouled Ziane pour le modifier pour la soirée du 26 juillet, dernier délai pour quitter la ville. Mais à ma grande surprise j’ai trouvé le guichet ou j’ai acheté mon billet fermé, donc personne avec qui parler. J’ai essayé d’acheter un autre billet auprès d’une autre compagnie de transports routiers, comme les centaines de citoyens comme moi, mais en vain. Mon patron m’a finalement proposé de passer l’Aid avec lui puisque je n’ai aucune famille à Casablanca », a raconté à Hespress Fr un épicier à Casablanca.

Un autre couple de Tanger vivant à la métropole s’est également retrouvé bloqué à la ville avec deux enfants, dans la soirée du dimanche 26 juillet, alors qu’ils avaient prévu de passer la fête de l’Aid avec leur famille.

« J’étais en train de faire mes dernières courses au supermarché le dimanche vers le coup de 20h quand j’ai vu les gens se précipiter vers la caisse. J’ai su que quelque chose se passait. J’ai vite pris mon téléphone et là j’ai appris la mauvaise nouvelle. J’ai appelé mon époux qui est médecin pour le lui annonce mais j’ai appris qu’il était au bloc. Il n’a terminé son opération qu’après minuit. C’était déjà trop tard pour prendre la route et on ne voulait pas risquer notre vie et celle des enfants surtout quand on a vu ce qui se passait sur les routes. On a donc décidé de passer la fête  et pour la première fois à Casablanca et loin de notre famille », nous a confié Amina. S.

Ce sont là des témoignages de citoyens parmi plusieurs qui sont restés bloqués à Casablanca cette année loin de leur famille et proches. La plupart des commerces sont donc restés ouverts et la circulation est encore aussi dense que d’habitude, excepté dans quelques quartiers de la ville.

Le port du Burkini est-il un motif légitime pour refuser l'accès à un établissement touristique?