Bansky voue des œuvres de 2,4 millions d’euros à un hôpital pour enfants palestinien

31 Juil 2020 à 13:34 Culture
Bansky voue des œuvres de 2,4 millions d’euros à un hôpital pour enfants palestinien

Banksy, l’artiste de rue ou « street artist » reconnu internationalement pour ses œuvres mais également pour ses messages politiques avait mis aux enchères mardi 28 juillet chez Sothebys à Londres, le triptyque « Vue de la mer Méditerranée, 2017 », qui fait référence à la crise migratoire.

Contre tout attente les trois tableaux (peinture à l’huile) composant l’œuvre de Bansky ont dépassé les espoirs escomptés à savoir une mise à prix estimée entre 878.000 et 1,3 million d’euros pour décrocher le jackpot en s’écoulant à 2,2 millions de livres (2,4 millions d’euros). Par le biais de ses œuvres, Bansky allie art et messages politiques, sociaux et autres en exprimant son soutien à diverses causes comme la situation des sans abri, ou le personnel hospitalier et d’innimbrables autres nobles causes. Ce coup-ci, c’est pour un hôpital de la Palestine que le montant de cette vente sera destiné. Une belle somme qui permettra à l’hôpital pour enfants à Bethléem d’ouvrir un service dédié aux accidents vasculaires cérébraux a déclaré Wissam Salsaa, le directeur de l’hôtel « The Walled Off » où les tableaux étaient exposés.

Les tableaux représentent une mer agitée sous trois angles différents et des gilets et bouées de sauvetage oranges abandonnés sur la plage. Avec ce triptyque, Banksy a voulu rendre hommage aux milliers de migrants morts noyés en traversant la mer Méditerranée dans les années 2010, explique la maison Sotheby’s. Pour réaliser son œuvre, Banksy a « pris trois vieilles toiles romantiques qui représentaient des paysages marins du XIXe siècle », qu’il a ensuite parsemées de « gilets de sauvetage ou de bouées abandonnées », a expliqué Sotheby’s. Avec ce triptyque, l’artiste « juxtapose dans son style inimitable un genre artistique historique avec une question politique contemporaine, la mort tragique de milliers de migrants qui ont tenté de traverser la Méditerranée pour atteindre l’Union européenne ».

Depuis 2017 jusqu’à ce qu’ils soient mis aux enchères, les trois toiles étaient exposées à l’entrée de l’hôtel « The Walled Off » à Bethléem, appartenant à l’artiste lui-même. Dans cet hôtel qui vante « la pire vue au monde », toutes les chambres donnent sur « le mur de l’apartheid » qui sépare Jérusalem de Bethléem.

Connu pour ses œuvres engagées, l’artiste de rue Banksy avait tenu à s’exprimer sur la crise migratoire des années 2010. L’artiste, qui entretient le plus grand mystère sur son identité, est l’auteur de plusieurs graffitis à Bethléem, ville de Palestine dans laquelle il a ouvert son hôtel en 2017 et dont les chambres donnent sur le mur de sécurité érigé par Israël en Cisjordanie. Israël affirme que cette barrière la protège d’attaques d’assaillants venant de Cisjordanie, un territoire palestinien occupé depuis 1967 par l’Etat hébreu.

Hiba Fondation : Les activités e-culture de la semaine