FIFA : La justice suisse ouvre une procédure pénale contre Gianni Infantino

30 Juil 2020 à 18:14 Sport
FIFA : La justice suisse ouvre une procédure pénale contre Gianni Infantino

Gianni Infantino, fait face à des accusations pour ses relations avec le procureur général suisse Michael Lauber, ont annoncé jeudi les autorités suisses qui ont ouvert une procédure pénale contre le président de la FIFA.

Les procureurs suisses ont précédemment trouvé des indices de comportement criminel liés aux rencontres entre Gianni Infantino et Michael Lauber.

Un procureur spécial a été nommé ce mois-ci pour enquêter sur les relations entre le procureur général suisse et le responsable du football mondial.

Lauber a démissionné la semaine dernière après qu’un tribunal ait conclu qu’il avait dissimulé une réunion avec  Infantino et avait menti aux superviseurs pendant que son bureau enquêtait sur la corruption entourant la FIFA.

En plus d’Infantino, une procédure criminelle a été lancée contre le procureur du canton de Valais, Rinaldo Arnold. Keller souhaite également que l’immunité du Lauber soit levée afin qu’il puisse ouvrir contre lui une procédure devant les tribunaux, selon un communiqué des autorités helvètes supervisant le Bureau des procureurs fédéraux.

Lauber et Infantino se seraient rencontrés en secret à trois reprises en 2016 et 2017. Les deux hommes ont nié tout acte répréhensible. En avril, la FIFA a qualifié ces accusations de « délibérément trompeuses et malveillantes ».

Infantino, un avocat de formation, a repris l’instance dirigeante du football mondial en 2016 à la suite de la sortie remarquée de son prédécesseur suisse Sepp Blatter. Blatter a démissionné suite à des allégations de corruption liées aux paiements effectués à son successeur présumé, le président de l’UEFA de l’époque, Michel Platini.

Infantino a été chargé de nettoyer l’organisation, tandis que Lauber a été chargé d’enquêter sur elle. Mais un peu plus d’un an après sa réélection à la présidence de la FIFA, les réunions non documentées ont mis en danger la crédibilité d’Infantino.

« Pendant longtemps, je n’en ai pas parlé parce que tout cela est absurde », a déclaré Infantino aux journalistes lors de la réunion du Conseil de la FIFA en juin.

« Permettez-moi de clarifier une fois pour toutes. Rencontrer le procureur en chef de la Suisse est parfaitement légitime et parfaitement légal. Ce n’est pas une violation de quoi que ce soit. Au contraire, cela fait également partie des obligations fiduciaires du président de la FIFA », a-t-il ajouté.

Les réunions auraient eu lieu alors que le parquet fédéral enquêtait activement sur la FIFA concernant, entre autres, l’attribution de la Coupe du monde 2018 à la Russie et 2022 au Qatar.

« Il est tout à fait légitime [que la FIFA] propose de contribuer […] en espérant que ceux qui ont commis des actes criminels seront tenus de rendre des comptes », a poursuivi Infantino.

Coupe de la CAF: Les demi-finales seront jouées en un seul match en septembre au Maroc