Coronavirus: L’Afrique du Sud a sous estimé le nombre de morts liées à l’épidémie selon un rapport

23 Juil 2020 à 10:36 Monde
Coronavirus: L’Afrique du Sud a sous estimé le nombre de morts liées à l’épidémie selon un rapport

L’Afrique du Sud aurait sous-estimé son nombre de morts liées au coronavirus indique un rapport du Conseil sud-africain de la recherche médicale. Le pays a enregistré une hausse de presque 60% de décès naturels ces dernières semaines. 

Publié le même jour où le ministère de la santé a annoncé un nombre quotidien record de 572 décès dus au Covid-19, le rapport du Conseil a indiqué que le pays a enregistré 59% de hausse du nombre de morts de cause naturels.

« Au cours des dernières semaines, les chiffres ont connu une augmentation incessante – à la deuxième semaine de juillet, il y avait 59% de décès de causes naturelles de plus que ce à quoi on aurait pu s’attendre sur la base des données historiques », constate le rapport du Conseil sud-africain de la recherche médicale (SAMRC).

Suite à ces révélations, les spécialistes commencer à penser que le nombre de décès liés au coronavirus en Afrique du Sud est beaucoup plus élevé que les statistiques officielles.

Le pays est le plus touché d’Afrique et figure parmi les cinq premiers au monde en termes de cas confirmés, avec 394.948 infections signalées à ce jour, dont 5.940 décès. Mais malgré le nombre important de cas confirmé, le taux de décès est resté faible à presque 1,5 % mercredi, selon les mises à jour quotidiennes du ministère de la Santé.

L’auteur du rapport, le professeur Debbie Bradshaw, juge que « les rapports hebdomadaires sur les décès ont révélé un énorme écart entre les décès confirmés par le Covid-19 et le nombre de décès naturels en excès ».

Le SAMRC « suit la mortalité depuis des décennies en Afrique du Sud, et ce système a permis d’identifier les décès en excès associés à l’épidémie de Covid-19 », a déclaré le professeur Glenda Gray, PDG du conseil.

« Ces décès peuvent être attribués à la fois aux décès Covid-19 et aux décès non Covid-19 dus à d’autres maladies telles que la tuberculose, le HIV et les maladies non transmissibles, car les services de santé sont réorientés pour soutenir cette crise sanitaire », a-t-elle ajouté.

Le brûlot de la FDLF sur la violence faite aux femmes durant le confinement