Mark Zuckerberg nie avoir un accord avec Donald Trump

20 Juil 2020 à 17:27 Monde
Mark Zuckerberg nie avoir un accord avec Donald Trump

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook a affirmé lundi 20 juillet ne pas d’avoir d’accord avec le président américain Donald Trump et être « au courant de cette spéculation ».

« La simple idée qu’il puisse exister un accord est en fait assez ridicule », a déclaré le chef d’entreprise du premier réseaux social dans le monde. « Je suis au courant de cette spéculation mais qu’on soit bien clair: il n’y a aucun accord d’aucune sorte », a-t-il tenu à clarifier une interview au site d’informations Axios.

Ces derniers mois, le chef du réseaux social a été vivement critiqué pour sa complaisance avec le chef d’Etat contrairement à Twitter qui efface certains messages du chef d’Etat lorsqu’ils enfreignent les règles de la communauté.

Le réseau social de Mark Zuckerberg est critiqué pour être laxiste envers Donald Trump et de ne pas lutter suffisamment contre les contenus problématiques et la désinformation. En mai, Facebook a décidé en mai de laisser tels quels des messages postés par Donald Trump visant à décourager le vote ou incitant à la violence contre des citoyens manifestant contre le racisme.

Cette attitude a forcé plusieurs grandes sociétés, dont Starbucks, Adidas, Coca-Cola, Unilever ou Ford, qui ne sont pas d’accord avec cette politique d’arrêter leur achat d’espaces publicitaires sur Facebook

Dans son interview Mark Zuckerberg a reconnu s’entretenir « de temps en temps » avec Donald Trump, a-t-il déclaré mais il a tenu à préciser qu’il a aussi eu plusieurs conversations avec son prédécesseur Barack Obama et avec d’autres responsables politiques dans le monde.

En juin, Facebook a par contre été obligé de retirer des publicités publiées par la campagne électorale de Donald Trump qui affichaient un symbole nazi.

Le patron du réseaux social a succès à par ailleurs a souligné n’avoir pas reçu beaucoup de faveurs de la part de l’administration Trump qui a condamné son groupe en 2019 à une amende record de 5 milliards de dollars par l’agence américaine de protection des consommateurs pour ne pas avoir su protéger les données personnelles de ses utilisateurs.

Coronavirus : Plus de 606.000 morts dans le monde