PLF rectificative: Benchaâboun parle entreprises et emploi, et pointe une ‘équation à six inconnues’ 

10 Juil 2020 à 16:38 Economie
PLF rectificative: Benchaâboun parle entreprises et emploi, et pointe une ‘équation à six inconnues’ 

L’accompagnement des entreprises en difficulté et la préservation de l’emploi, sont deux axes fondamentaux mis en avant par le ministère de l’économie et des finances dans le projet de loi de finances rectificative pour l’année budgétaire 2020.

S’exprimant devant la Commission des finances et du développement économique à la chambre des représentants, lors d’une séance consacrée à la discussion du PLF rectificative 2020, ce vendredi 10 juillet, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, Mohamed Benchaâboun a indiqué que le gouvernement a adopté une approche qui vise à gérer la crise sanitaire du Covid-19 sur plusieurs étapes.

La première étape, qui s’est étalée sur les mois de mars et avril, s’est articulée autour de la protection de la santé des citoyens contre le virus, mais aussi la protection de leur pouvoir d’achat ainsi que soutenir l’économie nationale, a expliqué la ministre.

Et c’est justement l’étape qui a connu la création du Fonds de gestion de la pandémie, sur instructions royales, et qui a permis de collecter 33 milliards de dirhams dont 1 milliard consacré au secteur de la Santé, 18 milliards pour soutenir les salariés et les ménages opérant dans le secteur informel, tandis que 5 milliards ont été consacrés à la Caisse centrale de garantie (CCC) dans le but de couvrir les risques liés à l’incapacité des entreprises à régler leurs dettes garanties par l’Etat.

La deuxième étape, elle, consiste à accompagner les entreprises pendant les prochains 6 mois pour qu’elles puissent reprendre leurs activités, en parallèle avec l’allègement des mesures de confinement, et à préserver ainsi les emplois, soit l’un des buts principaux du PLF rectificative 2020, a assuré Benchaâboun.

De plus, le ministre a précisé que les ressources restantes du Fonds de gestion de la pandémie du Covid-19, seront consacrées à l’accompagnement social des secteurs qui connaissent toujours des difficultés suite la pandémie, en application des instructions royales. Un accompagnement qui sera fait dans un cadre contractuel avec les différentes parties et basé sur la préservation des emplois ainsi que la fusion avec le secteur formel.

Une enveloppe budgétaire de 15 milliards de dirhams sera également allouée pour augmenter les dépenses d’investissement du budget général de l’Etat, pour soutenir les entreprises et l’emplois à travers le lancement de projets qui s’appuient sur des mécanismes innovants dans le cadre du partenariat entre le secteur privé et public, a affirmé le ministre de l’économie et des finances qui a assuré que le choix des projets sera basé principalement sur son impact sur l’emploi.

Par ailleurs, lors de la discussion du PLF rectificative à la chambre des représentants, le ministre a fait savoir qu’il se trouvait devant un grand problème qu’il a du mal à traiter. Il a ainsi pointé du doigt les parlementaires de la première chambre, leur disant: « D’un côté vous demandez au gouvernement de poursuivre ses aides sociales directes, et qui vont coûter 7,5 milliards de dirhams par mois, d’un autre côté vous demandez que l’investissement public soit augmente, mais vous exigez du gouvernement de ne pas recourir à la dette, vous déclarez et reconnaissez que les ressources de l’Etat ont diminué de 40 milliards de dirhams, vous nous alertez sur la nécessité de maintenir les balances macro-économiques ou encore de diminuer les dépenses et augmenter les impôts« .

Une « équation » que le Mohamed Benchaâboun a du mal à assimiler, encore mois résoudre. A cet effet il a demandé, aussi bien à la majorité qu’à l’opposition, de l’aider justement à résoudre cette » équation à six inconnues ».

Qatar: Des policiers Marocains subissent injustement des baisses de salaires