Qatar: Des policiers Marocains subissent injustement des baisses de salaires

10 Juil 2020 à 14:33 Monde
Qatar: Des policiers Marocains subissent injustement des baisses de salaires

Des employés Marocains du ministère de l’Intérieur Qatari ont dénoncé la baisse de 30%  de leur salaire mensuel par les autorités du Qatar qui ont réduit uniquement les salaires des étrangers. Le pays est déjà critiqué à l’international pour le traitement inégal et « raciste » des employés étrangers. 

Alors que le Qatar a recruté des milliers de travailleurs étrangers pour la préparation du Mondial de football 2022, dont des centaines de Marocains intégrés dans le secteur de la police et de la sécurité, principalement dans le domaine de la surveillance, le pays a été épinglé plus d’une fois pour avoir manqué à ses obligations envers ces ressortissants étrangers dont certains n’ont pas été payés pendant plusieurs mois.

Une vague de colère s’est emparée de salariés marocains et de diverses autres nationalités arabes, tous recrutés par le ministère qatari de l’Intérieur et travaillant pour le compte de la police, lorsqu’ils ont été surpris de voir leur salaires -déjà bas- amputés de 30% alors que les Qataris, exerçant la même fonction ont gardé le même salaire.

Pourtant, le salaire d’un policier qatari atteint les 18.000 riyals (soit presque 48.000 dirhams marocains et 22.000 riyals (à peu près 59.000 dirhams) s’il est marié, en plus de plusieurs avantages sociaux. Les policiers marocains eux, touchent en moyenne 6.000 à 7.500 riyals (à peu près 16.000 à 20.000 dirhams) et leurs salaires ont été réduits de 1.800 riyals soit l’équivalant de 5.000 dirhams. « Le loyer d’un studio ici peut aller jusqu’à 3.000 riyals », a affirmé, dans une déclaration à Hespress, l’un des Marocains affectés par la baisse de leur salaire expliquant l’importance de la somme réduite et le coût de la vie au Qatar.

Des centaines de Marocains travaillent pour le compte du ministère qatari de l’Intérieur, notamment dans les domaines de la police, de la garde et de la sécurité. Actuellement, le nombre de travailleurs Marocains dans les forces de police qatariennes est estimé à 1.800 éléments.

« Nous vivons dans l’oppression et l’esclavage et personne ne parle de nous. Il suffit d’avoir un problème mineur avec un Qatarien au travail pour être exposé à l’expulsion », a expliqué cette source ayant requis l’anonymat à cause des dangers auxquels elle s’expose.

A cause de cette situation, et ce phénomène d’inégalités à tous les niveaux, les travailleurs étrangers sont menacés de prison en cas de non remboursement de crédit. « À tout moment, vous pouvez être expulsé sans obtenir vos droits. Ici, avec un problème mineur avec un qatari, vous pouvez vous retrouver à la rue, vous exposer à la prison et aux dettes avec le ministère qatari de l’intérieur et les banques », affirme une autre source.

En outre, le loi au Qatar interdit aux policiers étrangers de bénéficier de promotions. ‘Tu peux trimer même 60 ans ici, tu garderas le même salaire, le même grade », a fait savoir un policier marocain au Qatar.

Ces Marocains appellent à présent les autorités du Royaume à intervenir par le biais de l’ambassade de Rabat à Doha pour faire valoir leurs droits et les protéger de cette oppression car aucune discussion n’a pu être établie avec les intéressés.

Selon les mêmes sources, le ministère qatari de l’Intérieur a refusé de s’expliquer sur cette réduction de salaire n’ayant même pas été notifiée et injustement appliquée uniquement pour les salariés étrangers.

Le ministère qatari a également refusé de recevoir un comité comprenant des Marocains ayant demandé des explications au sujet de cette décision intervenue dans le sillage de l’épidémie du coronavirus, notamment pour savoir s’il s’agit une réduction temporaire ou définitive.

Le Qatar, ce petit pays extrêmement riche notamment grâce à la rente pétrolière, a souvent été épinglé sur les questions de droits humains. En plus d’inégalités flagrantes dans le monde du travail, les travailleurs Marocains établis au Qatar ne bénéficient pas de papiers de séjour et cela, même s’ils ont des enfants nés sur le sol Qataris.

En outre, s’ils reçoivent la visite de membres de leur famille en provenance du Maroc, les Marocains doivent payer 400 riyals (1.000 dirhams) par mois pour chaque membre de famille aux autorités qataries et, cela s’applique aussi pour les épouses.

Bac 2020: Un taux de triche en baisse de 30%