Kénitra: Par manque d’espace de loisirs, des enfants risquent leurs vies sur un pont

01 Juil 2020 à 22:36 Société
Kénitra: Par manque d’espace de loisirs, des enfants risquent leurs vies sur un pont

Si les grandes villes du Royaume disposent, entre autres, d’espaces de divertissement et de jeux pour enfants, la grande majorité des régions et provinces du pays n’ont malheureusement pas ce luxe. Dans la région du Gharb, pas loin de la ville de Kénitra, plusieurs enfants âgées entre 7 ans et 14 ans, risquent tous les jours leurs vies en se jetant du haut d’un pont qui donne sur la rivière de Sebou.

Interrogés par Hespress Fr, ces enfants ont indiqué n’avoir aucun lieu où se rendre par cette chaleur d’été à part ce pont, après avoir passé trois mois de confinement chez eux comme tous les Marocains, dans le cadre des mesures prises par les autorités publiques pour limiter la propagation du coronavirus.

Cela dit, et après l’allègement des mesures de confinement par les autorités, le seul endroit de divertissement dans la région où se trouvent ces enfants est justement ce pont dangereux et cette rivière où plusieurs accidents, voire décès, ont eu lieu.

En effet, chaque année, des enfants perdent la vie en sautant de ce pont, devant l’indifférence et le silence total des responsables de la région, qui n’ont pris aucune initiative pour remédier à cette situation, n’accordant aucun intérêts des pertes en vies humaines.

En faisant un tour dans les environs, aucun espace de jeux (terrain de foot, jardins …), ou de divertissement n’est disponible au milieu de ces hectares de verdure et d’arborisation, permettant aux enfants de la région de se divertir lors des vacances scolaires.

En dehors de la période estivale, où la nage justifie la fréquentation périlleuse du pont, les enfants de la région n’ont plus que la forêt comme espace de balade ou de jeu, chose qui reste aussi dangereuse pour eux que de sauter du haut de ce pont, comme en témoigne un enfant de 7 ans à Hespress Fr. 

Reportage réalisé par Mounir Mehimdate 

Rabat : Place Pietri la canopée de la discorde