Hackathon : Trois projets primés par l’Association Jossour et ONU Femmes

29 Juin 2020 à 16:42 Société
Hackathon : Trois projets primés par l’Association Jossour et ONU Femmes

Le Hackaton en ligne, compétition académique organisée dans le cadre du projet « Smart City : La technologie au service d’un espace public sûr pour les femmes et les filles, dans la ville de Rabat », de l’Association Jossour FFM, en partenariat avec ONU Femmes Maroc a décerné de nombreux prix.

A l’occasion de la journée Mondiale de l’ingénieur pour le développement et la journée internationale des droits des femmes, l’Association Jossour FFM, en partenariat avec ONU Femmes, la Mairie de Rabat et l’Union Nationale des Ingénieurs Marocains et le Centre Marocain pour l’Innovation et l’entrepreneuriat Social, ont organisé dans le cadre du projet « Rabat ville sûre et sans violence pour les femmes et les filles »un Hackathon sous le thème : « Smart City : La technologie au service d’un espace public sûr pour les femmes et les filles dans la ville de Rabat », du 20 au 27 Mai 2020 sur la Plateforme ZOOM.

Six équipes se sont affrontés dont trois qui ont sortis leur épingle du jeu réussissant ainsi à attiré l’attention du jury. « Sakina »,  « Women&Secure » et « Athéna », sont les trois projets qui ont été primés.

Le premier prix  a été décerné au projet« Sakina », présenté par Fouad Berri,  Mohamed Mellouki  et Hatim Rhazi Filali de l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs.

Le projet « Women&Secure » s’est vu attribué le deuxième prix. Il est le fruit d’une collaboration entre Moummade Nada de l’INSA Euromed de Fés, Azamar Aya de l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Rabat et Bourkab Aymen de l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs.

Le troisième et dernier prix revient au projet « Athéna », présenté par Mohtich Fatima-Ezzahra  de l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II et Rania Louafi de l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II.

 

Le Hackathon, dont le but est de proposer des solutions innovantes et Smart (Applications web et mobile, IoTs, durabilité, efficiences énergétiques …) aux problématiques de mobilité et d’accessibilité des femmes et des filles aux espaces publics urbains, avait réuni une panoplie d’experts, universitaires, ingénieurs et étudiants(es).

Les six projets vont être soumis  au partenaire  MCISE en collaboration avec Jossour FFM, dans l’optique de développer des entreprises sociales. 

« Notre dessein est d’accompagner ces projets novateurs réalisés par nos jeunes ingénieurs, de les encourager et de travailler avec eux jusqu’au développement de leurs produits et leur  implantation dans la ville de Rabat (possibilité).  Ce premier pas nous pousse à repenser l’amélioration de l’espace public dans l’ère du digital », a expliqué Samira Achour, coordinatrice du projet.

L’objectif général  est, non seulement de renforcer et d’encourager les efforts de la société civile à participer à l’amélioration des conditions de l’occupation de l’espace public par les femmes, de développer l’autonomisation des femmes économiquement, mais aussi de les aider à réaliser « des investissements dans la sécurité et la viabilité économique des espaces publics, y compris les infrastructures publiques et le développement économique ».

L’affaire Ilias Tahiri arrive au Parlement Espagnol