Même pas peur ! Le Polisario menace de rompre l’accord de cessez-le-feu !

Même pas peur ! Le Polisario menace de rompre l’accord de cessez-le-feu !

Brahim Ghali, chef séparatiste du Front Polisario, a, de sobriquets au vitriol, tiré à bout portant sur l’Organisation des Nations Unies (ONU), qu’il accuse formellement d’être tendancieuse dans le cadre du conflit l’opposant au Maroc. Cette sortie pour le moins agressive était mal à propos d’autant plus qu’elle l’était, en guise de bons vœux à l’occasion du « 75ème anniversaire » de la création de l’Instance mondiale.

« Cet anniversaire des Nations est aussi un rappel fort de la responsabilité sacrée des Nations Unies envers les pays et les peuples colonisés ». Belle phrase mais qu’il a dû l’adresser à sa personne et à la troupe séparatiste dont il se veut être le chef.  Puisque tout ce beau monde se trouve être à Tindouf donc sous tutelle de l’Algérie à moins qu’elle ne soit marocaine. Si ça peut rassurer le pervers bonhomme, dans le Royaume, de Tanger à Lagouira, il n’est nul colonisé, tous ceux qui y résident sont des citoyens libres à part entière et le Marocain n’a rien d’un colon.

Brahim Ghali, mis à part sa langue fourchue, tout en menaçant de se retirer du processus de paix parrainé par l’ONU dans la région, somme, en outre, le Secrétariat de l’ONU et le Conseil de sécurité à faire preuve de fermeté face « aux actes posés » par le Royaume qu’il juge « annexionnistes ». La position du Maroc a fortement « miné la crédibilité » de l’ONU dit-il dans une lettre adressée au Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, tout en disant la « détermination du peuple sahraoui à défendre son droit inaliénable, en usant de tous les moyens ». Et de faire la leçon au SG de l’ONU « l’ensemble du processus de paix des Nations Unies au Sahara Occidental est complètement paralysé (…). Le retard dans la nomination d’un nouvel envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara occidental après la démission de l’ancien président allemand Horst Kohler en mai 2019 n’a fait qu’ajouter à l’état de paralysie », ajoutant « les Sahraouis disent aux Nations Unies et au monde, haut et fort, que cela suffit ».

Même pas peur ! Le Polisario à travers son chef des séparatistes brandit, une fois de plus et comme à l’accoutumée, une menace à la paix dans la région, affirmant qu’il « ne peut s’engager dans aucun processus politique ni négociation avec la partie marocaine ». Brahim Ghali a même menacé d’organiser son propre référendum dans les provinces du Sud du Royaume, alors que toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ces dernières années ont exclu la proposition référendaire, privilégiant l’initiative d’autonomie proposée par le Maroc. Le Front Polisario reste déterminé à l’organiser dans les provinces du sud du Royaume. Les résolutions de l’ONU soulignent que « toute solution politique au Sahara doit être une solution réaliste et pratique », ce qui signifie que le Conseil de sécurité n’a aucunement retenu ni du Polisario ni de l’Algérie les solutions d’il y a trois décennies telles que le référendum d’exemple.

La position du Royaume est on ne plus claire. Il convient de noter que le Maroc affirme qu’il n’y a pas de solution en dehors de l’initiative d’autonomie et dans le cadre de la souveraineté totale du Royaume sur son territoire et son unité nationale. D’autre part il n’y a pas de série de discussions sans la participation de toutes les parties concernées (l’Algérie en particulier), tout comme il n’y a pas de consultations en dehors du cadre des Nations Unies, et enfin il n’y a pas de négociation sur les questions qui n’ont rien à voir avec le problème fondamental. Sa Majesté le roi Mohammed VI, l’a rappelé dans un discours, en soulignant « le rejet catégorique de toute transgression ou tentative de porter atteinte aux droits légitimes du Maroc, à ses intérêts suprêmes et à toute proposition dérogée, pour dévier le cours du règlement des références approuvées, ou impliquer d’autres questions traitées par les institutions compétentes », clair, net et sans ambiguïté aucune.

Le président tunisien présente au Roi Mohammed VI ses souhaits d’un prompt rétablissement