L’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan mettent un bémol à leur pomme de discorde

L’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan mettent un bémol à leur pomme de discorde
samedi 27 juin 2020 - 12:46

L’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan se sont accordés in extrémis vendredi 26 juin 2020, pour reporter la mise en eau du grand barrage de la Renaissance construit par l’Ethiopie sur le Nil. La tension était montée récemment entre les trois pays alors que l’Ethiopie avait annoncé son intention de procéder au remplissage du réservoir.

C’est la présidence égyptienne qui en premier a annoncé cette nouvelle. « Un accord final légalement contraignant et visant à prévenir toute action unilatérale, y compris la mise en eau du barrage, va être envoyé au Conseil de sécurité des Nations Unies afin qu’il y soit examiné lors de sa réunion de lundi sur la question du Grand barrage de la renaissance », ont indiqué les services du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Pour sa part le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok déclarait qu’il avait été « convenu que la mise en eau du barrage serait reportée jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé », indiquant que des commissions techniques des trois pays allaient mettre sur pied un accord dans les deux semaines à venir.

Le Soudan, à titre de rappel avait demandé dans une lettre adressée au Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) mercredi 24 juin de « décourager toutes les parties de prendre des mesures unilatérales, y compris de commencer le remplissage du réservoir avant de parvenir à un accord ». Les 15 États membres du Conseil de sécurité des Nations Unies avaient alors convenu, – sans avoir à voter – de tenir une réunion virtuelle ouverte sur cette affaire dans l’après-midi de lundi 29 juin.

Cette avancée qui coupe en quelque sorte l’herbe sous pieds du CSNU est survenue lors d’une visioconférence tenue en urgence du Conseil exécutif de l’Union africaine qui réunissait les trois pays en conflit ainsi que trois pays observateurs qui sont le Kenya, la RDC et le Mali.

La tension était montée d’un cran ces derniers temps entre le Soudan, l’Ethiopie et l’Egypte après l’échec de négociations tripartites sous l’égide des Etats-Unis. L’Egypte, qui considère ce projet comme une menace « existentielle », s’en était remise au CSNU pour une éventuelle intervention. Pour l’Ethiopie le barrage de la Renaissance est primordial à son développement et à son électrification ainsi qu’à d’autres pays riverains. Pour le Soudan et l’Egypte la crainte d’une restreinte de leur accès à l’eau est grande.

Le Nil, qui coule sur quelque 6 000 km, est une source d’approvisionnement en eau et en électricité essentielle pour une dizaine de pays d’Afrique de l’Est. L’Egypte tire 97 % de ses besoins en eau de ce fleuve. Idem pour le Soudan où c’est à Khartoum que se fait la jonction du Nil Blanc (3700 km) qui prend ses sources au Burundi et au Rwanda et du Nil Bleu (1300 km qui prend sa source dans les Hauts Plateaux d’Ethiopie. Le Nil avec l’Amazone est le plus long fleuve du monde.

Barrage CSNU Dicorde Egypte Ethiopie Nil Renaissance Soudan
Monde
Algérie: Le Hirak des étudiants bloqué, les droits de l'Homme bafoués
mardi 11 mai 2021 - 22:16

Algérie: Le Hirak des étudiants bloqué, les droits de l'Homme bafoués

Monde
Coronavirus : L’OMS classe le variant indien comme « préoccupant »
mardi 11 mai 2021 - 10:41

Coronavirus : L’OMS classe le variant indien comme « préoccupant »

Monde
Mort de Michel Fourniret, «l'Ogre des Ardennes»
mardi 11 mai 2021 - 02:53

Mort de Michel Fourniret, «l'Ogre des Ardennes»

Monde
Al Qods: Enorme feu au sein de l'Esplanade des Moquées pendant la prière
lundi 10 mai 2021 - 17:49

Al Qods: Enorme feu au sein de l'Esplanade des Moquées pendant la prière

Monde
Coronavirus : L'UE n'a pas renouvelé son contrat avec AstraZeneca
lundi 10 mai 2021 - 09:45

Coronavirus : L'UE n'a pas renouvelé son contrat avec AstraZeneca