Suite aux nombreux boycott, Facebook décide de durcir sa politique de modération

26 Juin 2020 à 22:24 High-tech
Suite aux nombreux boycott, Facebook décide de durcir sa politique de modération

Facebook change de stratégie. Sous la menace de boycott, le réseau social a décidé de durcir sa politique de modération des contenus. 

Les messages haineux dans les publicités seront désormais interdits sur Facebook, a annoncé le réseau social crée par Mark Zuckerberg, dans l’optique de changer sa politique de modération et d’ajouter des avertissements aux publications problématiques présentes en ligne.

La plateforme retirera désormais les publicités « qui affirment que les personnes de certaines origines, ethnies, nationalités, genre ou orientation sexuelle représentent une menace pour la sécurité ou la santé des autres, a indiqué le patron Mark Zuckerberg dans un discours sur son profil Facebook ».

Vendredi, Mark Zuckerberg, a expliqué que le géant de la technologie commencerait à ajouter des étiquettes d’avertissement aux publications qu’il jugeait « dignes d’intérêt » de la part de personnalités publiques qui autrement enfreignent les règles de l’entreprise, une décision utilisée pour la première fois par Twitter.

Zuckerberg a également déclaré que la société étendrait ce qui est et n’est pas autorisé à être dit sur la plate-forme dans le cadre de ses politiques de «discours de haine».

Le dirigeant de 36 ans a fait ces annonces lors d’une conférence téléphonique virtuelle avec des employés de Facebook, qu’il a rendue accessible au public pendant environ 12 minutes sur sa page Facebook.

Cette décision intervient suite à la campagne massive de boycott à l’encontre du réseau social. En effet, depuis la semaine dernière, des associations de défense de droits civiques comme l’ADL, la NAACP, Sleeping Giants, Colour of Change, Free Press et Common Sense ont lancé la campagne Stop Hate for Profit (Stop à la haine pour les profits), appelant les entreprises à retirer leurs fonds publicitaires de Facebook pour le mois de juillet.

USA: Facebook boycotté suite à des accusations de laxisme envers les contenus haineux