Modernisation de l’administration: l’ANAM ouvre le bal avec 14 services en ligne

16 Juin 2020 à 23:20 Société
Modernisation de l’administration: l’ANAM ouvre le bal avec 14 services en ligne

L’administration marocaine montre une grande volonté de se moderniser. L’une des principales causes ayant contribué à l’accélération de ce processus, n’est autre que la crise sanitaire du Covid-19. Ainsi, l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) a annoncé le développement de 14 services en ligne au profit de ses usagers et ses partenaires institutionnels. 

Outre sa volonté d’accompagner les efforts déployés par le Royaume pour la modernisation de l’administration et des services publics, l’ANAM indique que son engagement dans cette démarche s’inscrit notamment dans le cadre de sa nouvelle stratégie 2020-2024, qui fait de la digitalisation des services un levier essentiel pour la modernisation du fonctionnement de l’Agence, la simplification de ses procédures et l’amélioration de la qualité de ses prestations.

À cet effet, et dans le cadre des efforts déployés par le Maroc pour assurer une gestion optimale de cette situation exceptionnelle liée à la pandémie du coronavirus, parmi les 14 services en ligne développé par l’ANAM, il y a un service mis à la disposition des beneficiaires du Régime d’Assistance Médicale (RAMED), qui est celui du suivi en ligne de l’état d’avancement des cartes RAMED à partir du lien suivant :http://www.anam.ma/suivi-ramed.
Ce service permet aux bénéficiaires du Régime d’Assistance Médicale de faire le suivi en ligne de l’état d’avancement du traitement et de la production de leurs cartes, à travers le renseignement  de leur  numéro de CNIE  et leur date de naissance. Ce service facilite ainsi l’accès à l’information et évite à cette population le déplacement.  
Mais pas que ! Un autre service en ligne en faveur des Ramedistes a également été mis en place. Il s’agit d’une application web destinée à faciliter l’accès aux soins aux bénéficiaires du RAMED, en attente de production de leurs cartes, à partir du lien suivant : http://ramed.anam.ma

L’agence fait savoir que ce service permet aux bénéficiaires RAMED, qui n’ont pas encore reçu leurs cartes et dont l’état de santé nécessite une prise en charge, de bénéficier des soins nécessaires, et ce, à travers la mise en place d’une plateforme dédiée  à l’ensemble des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) et hôpitaux publics leur permettant d’accéder aux données relatives à l’état d’avancement du traitement et de la production des cartes RAMED.

 Pour les assurés du Régime de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO), l’ANAM a développé le service de dépôt et le suivi des réclamations AMO, à partir du lien suivant : http://anam.chikaya.ma/index.php?page=citoyen.AjoutDemande.

Il s’agit du portail « Chikaya ». Cette plateforme permet aux assurés AMO, organismes gestionnaires, associations et départements gouvernementaux et autres, de soumettre leurs dossiers de réclamations et faire le suivi en ligne de l’état d’avancement du traitement de leurs requêtes, indique l’ANAM.

Ces réclamations concernent les demandes d’exonération du ticket modérateur, le non-respect de la Tarification Nationale de Référence, la révision de remboursement des médicaments et dispositifs médicaux, l’intégration d’une maladie  au niveau de la liste des maladies couteuses et lourdes…

Toujours en ce qui concerne les assurés de l’AMO, un service de déclaration des étudiants à l’AMO, à partir du lien suivant :http://cme.anam.ma/, a été mis en place par l’agence. Ce service permet aux étudiants des établissements de formation professionnelle du secteur privé et ceux relevant des départements ministériels de faire leur inscription en ligne au régime de l’AMO.

 S’agissant des professionnels de santé et laboratoires pharmaceutiques, l’ANAM indique avoir mis à leur disposition le service de demande d’octroi du code INPE aux professionnels de santé et établissements de soins des secteurs privé et public, à partir du lien suivant : [email protected]

Ce service offre la possibilité aux professionnels de santé et établissements de soins de faire le dépôt et l’envoi de leur dossier de demande du code INPE, et permet également la mise à jour des données relatives à ce code, indique l’ANAM qui souligne par ailleurs qu’elle veille à l’attribution de ce code INPE dans un délai ne dépassant pas 48h, à compter de la date de réception du dossier complet.

Pour le service de dépôt et de suivi des demandes d’intégration de médicaments au niveau du Guide des médicaments remboursables (GMR), l’ANAM a mis en place le lien suivant : https://e.labo.anam.ma

Cette plateforme met à la disposition des laboratoires pharmaceutiques un service simplifié, interactif, et sécurisé leur permettant de procéder au dépôt et au suivi de leurs demandes d’intégration des médicaments à la liste des médicaments remboursables au titre de l’AMO « GMR », indique l’ANAM, soulignant que cet espace permet également l’échange des données relatives aux spécialités pharmaceutiques entre l’ANAM et les laboratoires pharmaceutiques. Ce service sera accessible à partir du 30 juin 2020, note l’Agence. 

Autre service en ligne développé par l’agence, est le service de suivi des dossiers soumis à la Commission de la transparence, à partir du lien suivant : https://ct.anam.ma. 

Il s’agit d’une commission scientifique indépendante, dotée d’une mission principale consistant en l’intégration ou le retrait des spécialités de la liste des médicaments remboursables au titre de l’AMO. Cette commission est également chargée de donner un avis concernant les médicaments prescrits hors Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) ou non commercialisés au Maroc.

L’ANAM indique que ce service permet aux laboratoires pharmaceutiques de faire le suivi des dossiers soumis à la commission. Il permet aussi la consultation des avis définitifs de la commission, les procès-verbaux des réunions et autres. Toutefois, l’agence précise que l’accès à ce servie est strictement limité aux laboratoires pharmaceutiques qui peuvent y accéder à travers un identifiant et un code d’accès sécurisé.

Le climat de terreur instauré par le "Polisario" à Tindouf pointé par des ONG