L’épisode « Etat ennemi » prend fin avec le rappel du consul du Maroc à Oran

06 Juin 2020 à 21:24 Gouvernement
L’épisode « Etat ennemi » prend fin avec le rappel du consul du Maroc à Oran

La polémique ouverte par les déclarations attribuées au consul du Maroc à Oran, Aherdane Boudaher, et dans lesquelles il avait traité le pays hôte d' »Etat ennemi », a été close par le ministère des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, par le rappel du diplomate.

En effet, le désormais ancien consul général du Maroc à Oran a regagné le Royaume, plus précisément la ville d’Oujda, la semaine dernière à bord d’un vol spécial ayant rapatrié quelque 300 Marocains qui étaient bloqués en Algérie après les mesures prises par le Royaume en vue d’endiguer la propagation du coronavirus.

Ce rappel, précisent des sources de Hespress, est intervenu suite à un entretien entre le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bouurita, et son homologue algérien, Sabri Bouqadoum, lors duquel Bourita s’était engagé à dissiper la problématique née des déclarations du diplomate en poste à Oran.

On s’en souvient, la mi-mai, le ministre algérien des affaires étrangères avait convoqué l’ambassadeur du Maroc à Alger, pour protester contre une déclaration attribuée au consul du Maroc à Oran, dans laquelle le voisin de l’Est est désigné comme un « Etat ennemi ».

Un communiqué officiel de la diplomatie algérienne, avait fait noter que l’ambassadeur a été « confronté aux déclarations faites par le consul général du Royaume du Maroc à Oran lors de la discussion qui a eu lieu entre lui et des citoyens marocains ».

L’Ambassadeur du Royaume du Maroc avait également été informé que si les propos du consul qualifiant l’Algérie de pays ennemi, venait à être confirmés « cela constituerai une grave violation des normes et traditions diplomatiques qui ne peut en aucune façon être acceptée ».

« Cela affectera également la nature des relations entre deux pays voisins et deux peuples frères, ce qui oblige les autorités marocaines à prendre les mesures appropriées pour éviter toute répercussion de cet incident sur les relations entre les deux pays », avait insisté le communiqué de la diplomatie algérienne.

Pour rappel, dans une vidéo d’une rencontre devant le consulat général du Maroc à Oran, avec des ressortissants marocains qui exprimaient leur volonté d’être rapatriés dans le Royaume, le consul discute avec ses concitoyens, quand une voie se fait entendre qualifiant le pays hôte d’ « Etat ennemi ».

Le diplomate en question, qui avait fait l’objet d’un véritable lynchage sur les réseaux sociaux et des médias algériens, avait affirmé que ladite vidéo « a fait l’objet d’un montage pour faire tenir au diplomate des propos qu’il n’a proférés à aucun moment ».

«Cette vidéo retravaillée avec les propos prêtés à notre consul général va à l’encontre des fondements essentiels des relations du Royaume du Maroc avec l’Algérie. Ces relations sont fondées sur la fraternité et le bon voisinage», avait fait valoir une source diplomatique marocaine.

Adoption en Conseil de gouvernement du projet de loi sur la réorganisation de l'ARM