Meghan Markle prend la parole pour dénoncer le racisme après la mort de George Floyd

04 Juin 2020 à 15:42 Monde
Meghan Markle prend la parole pour dénoncer le racisme après la mort de George Floyd

Meghan Markle a utilisé sa propre expérience pour dénoncer le racisme subi aux Etats-Unis, après les violences policières menant au meurtre de George Floyd, l’affaire qui a secoué le monde entier. 

Alors que de nombreuses célébrités ont haussé le ton pour dénoncer le racisme aux Etats-Unis, à travers des messages sur les réseaux sociaux, des participations à des manifestations ou des gestes forts pendant des matchs de football, Meghan Markle a quant à elle rejoint le mouvement en enregistrant une vidéo, alors qu’elle discutait avec des anciens élèves de son lycée.

Meghan Markle a brisé son silence mercredi alors qu’elle s’adressait à la classe de l’Immaculate Heart High School, qu’elle a fréquentée à l’adolescence.

Le discours anti-raciste de l’épouse du Prince Harry aux étudiants de son ancien lycée a été prononcé sans notes, et après avoir eu des conversations avec des «personnalités de la communauté» au sujet du meurtre de George Floyd.

Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, a été tué, ettoufé, à Minneapolis, le 25 mai, lors d’une arrestation violente par des policiers blancs.

Meghan, 38 ans, n’avait jamais parlé du meurtre, ayant choisi de ne pas s’exprimer sur les réseaux sociaux. Cependant, la maman d’Archie a pris la parole en racontant sa propre expérience face au racisme.

“La vie de George Floyd était importante. La vie de Breonna Taylor comptait, la vie de Philando Castile comptait, la vie de Tamir Rice comptait… et la vie de nombreuses autres personnes, dont on connaît les noms, et dont on ne connaît pas les noms sont importantes”, a-t-elle affirmé.

L’ancienne actrice de « Suits », qui a une mère afro-américaine et un père blanc, a déclaré que les manifestations lui rappelaient les émeutes qui ont eu lieu dans sa ville natale de Los Angeles en 1992, survenues après que des policiers blancs accusés d’avoir passé à tabac Rodney King, un afro-américain, soient acquittés.

“Il y avait eu des émeutes à Los Angeles, qui avaient aussi été déclenchées par un acte insensé de racisme. Je me souviens du couvre-feu, d’avoir dû me dépêcher de rentrer à la maison, et sur la route du retour j’ai vu des cendres tomber du ciel, j’ai senti la fumée. Je me souviens des hommes à l’arrière d’un van, tenant des pistolets et des fusils. Ces souvenirs ne s’effacent jamais vraiment », confie Meghan Markle.

Entre déconfinement et confinement le Liban prolonge l'état d'urgence jusqu'au 5 juillet 2020