Enseignement/Tarifs T3: Les associations des parents d’élèves des écoles homologuées par l’AEFE au Maroc montent au créneau

29 Mai 2020 à 14:16 Education
Enseignement/Tarifs T3: Les associations des parents d’élèves des écoles homologuées par l’AEFE au Maroc montent au créneau

Les associations des parents d’élèves scolarisé.e.s dans les écoles homologuées par l’AEFE au Maroc se constituent en collectif pour organiser leur action, l’objectif étant d’amener les écoles en question à revoir à la baisse les frais de scolarité du 3ème trimestre de l’année scolaire en cours et ceux de l’année prochaine, et les adapter à la situation actuelle et ses répercutions.

« Nous demandons aux administrations de ces écoles de revoir à la baisse les frais de scolarité du 3ème trimestre et les conditions de l’année scolaire à venir. Cette réduction est logique et nécessaire dans le contexte actuel », estiment les porte-parole du collectif.

Et d’expliquer cette doléance: « D’abord parce que les prestations contractuelles initiales diffèrent des prestations déployées actuellement sur les plans qualitatif et quantitatif, ensuite, l’enseignement à distance a donné lieu à certaines économies pour ces établissements ce qui doit se refléter sur les frais à payer par les parents. Enfin, parce que le pays passe par une situation de crise économique sans précédent qui a frappé tous les secteurs d’activité avec une absence de visibilité sur les 6 prochains mois, ce qui impacte la stabilité financière des parents. Ces écoles doivent faire preuve de compréhension en ces circonstances exceptionnelles ». 

En effet, relèvent les associations, le nouveau modèle d’enseignement à distance mis en œuvre dans l’urgence et la précipitation, assure un nombre d’heures d’enseignement bien inférieur au nombre d’heures normal.

Les élèves de certains niveaux, essentiellement le préscolaire et les premières classes de l’élémentaire, ne reçoivent que 3 à 4 heures de cours par semaine, ajoutent-elles, notant que l’accompagnement pédagogique est également limité ce qui a poussé les parents à prendre la relève des professeurs pour encadrer les enfants à la maison,.

Le collectif interpelle également les écoles sur les investissements exceptionnels et imprévus que les parents ont dû faire, notamment dans l’acquisition de matériel informatique, pour permettre à leurs enfants de suivre les cours à distance.

Il note à ce propos que les écoles privées qui font partie du réseau des partenaires de l’Agence de l’Enseignement Français à l’Etranger, sont le Lycée Français Léon L’Africain, des écoles Al Jabr, l’Ecole Internationale de Casablanca, l’Ecole Française Internationale, Groupe scolaire la résidence, Ecole Al Massalik, Lycée Français International d’Oujda, Groupe Scolaire Jacques Chirac et l’Ecole internationale de Rabat. A la différence des établissements de l’AEFE en gestion directe qui sont des établissements à but non- lucratif, ces établissements homologués sont des organismes de droit privé avec une gestion financière indépendante et à but lucratif.

Pour rappeler que les associations qui constituent le collectif ont engagé des discussions avec les administrations de leurs écoles respectives depuis le mois d’Avril, expliquant leur position et leur demandant d’agir avec responsabilité et conscience. Les demandes ont toutes eu une fin de non-recevoir.

Décès de Aderrahmane El Youssoufi : Les multiples hommages du Roi Mohammed VI