Coronavirus: L’OMS annonce l’arrêt « temporaire » des essais sur l’hydroxychloroquine

25 Mai 2020 à 17:36 Monde
Coronavirus: L’OMS annonce l’arrêt « temporaire » des essais sur l’hydroxychloroquine

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué lundi 25 mai, avoir suspendu « temporairement » les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine, utilisé par plusieurs pays pour traiter les patients touchés par le coronavirus.

La décision du gendarme mondial de la Santé intervient au moment où ce médicament rendu célèbre par le professeur français Didier Raoult, a fait l’objet de plusieurs études pour mesurer son efficacité. Deux études, l’une française et l’autre chinoise ont affirmé que ce médicament se retrouvait inefficace sur les patients atteints du Covid-19 et surtout pour ceux qui étaient à un stade avancé de la maladie.

Vendredi, la revue médicale The Lancet a publié une étude jugeant la chloroquine et son dérivé l’hydroxychloroquine, « inefficace » et même « néfaste » contre le Covid-19, a indiqué le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’une conférence de presse virtuelle.

Les deux études publiés la semaine dernières concluent que les résultats ne sont pas assez satisfaisants pour juger de l’efficacité de ce dérivé de la chloroquine et que même si des résultats prometteurs ont été constatés in-vitro, les résultats n’allaient pas être les mêmes in-vivo.

La première étude, menée par des chercheurs français, estime que l’hydoxychloroquine ne réduit pas significativement les risques d’admission en réanimation ni de décès chez les patients hospitalisés avec une pneumonie due au Covid-19.

Et la seconde étude, menée par une équipe chinoise, conclu l’hydoxychloroquine ne permet pas d’éliminer le virus plus rapidement que des traitements standard chez des patients hospitalisés avec une forme « légère » ou « modérée » de coronavirus.

« Considérés dans leur ensemble, ces résultats ne plaident pas pour une utilisation de l’hydroxychloroquine comme un traitement de routine pour les patients atteints du Covid-19 », estime dans un communiqué de presse la revue médicale britannique BMJ, qui publie les deux études.

Depuis l’apparition du coronavirus, des centaines d’études et d’essais cliniques ont eu lieu et continuent d’être réalisées pour trouver un traitement à cette maladie et même un vaccin. Plus de 800 essais cliniques sont en train d’être menés sur plusieurs médicaments et potentiels traitements, a indiqué la revue The Lancet.

Le médicament est devenu encore plus populaire depuis que le président américain Donald Trump a annoncé qu’il en prenait lui-même et de façon quotidienne pour éviter d’être touché par le coronavirus. Plusieurs pays, notamment africains ont déjà démocratisé l’utilisation de ce médicament, notamment pour son coût relativement bas.

Espagne: quarantaine levée le 1er juillet pour les touristes étrangers