Coronavirus/Maroc: Le taux de reproduction à Casablanca dépasse la limite (supérieur à 1)

22 Mai 2020 à 17:45 Société
Coronavirus/Maroc: Le taux de reproduction à Casablanca dépasse la limite (supérieur à 1)

Le taux de reproduction du coronavirus au Maroc est variable d’une région à une autre, a indiqué Mohamed Lyoubi, le directeur de l’Epidémiologie au ministère de la Santé. Certaines régions se trouvent bien au dessus du seuil recommandé pour déconfiner, c’est le cas de Casablanca où les foyers du virus explosent.

Selon le spécialiste de l’épidémiologie, certaines régions avec à leur tête, Casablanca Settat, sont au dessus du seuil limite qui concerne la reproduction de la maladie parmi la population. Ainsi si la moyenne nationale est tombée à 0,81 (auparavant à 0,9), des inégalités géographiques sont observées à travers le Royaume.

Ces inégalités reviennent essentiellement aux nouvelles contaminations enregistrées, a estimé Mohamed Lyoubi, citant à titre d’exemple la région de Casablanca Settat qui dépasse le seuil fixé à 1 en affichant un taux de reproduction de 1,11. Ce taux est proche de 1 dans les régions de Marrakech Safi avec 0,92, Tanger Tétouan Al Hoceima 0,89, a-t-il ajouté.

Mohamed Lyoubi a par ailleurs indiqué que certaines régions ont enregistré une baisse dans ce taux en se positionnant désormais en dessous de la barre des 0,7 (seuil recommandé pour procéder au déconfinement, ndlr) mais à cause des nouvelles contaminations dans les régions qui n’avaient plus compté de nouveaux cas depuis une certaine période, ce taux a grimpé, a-t-il expliqué en référence à la région de Dakhla Oued Eddahab.

Alors que le bilan quotidien des nouvelles contaminations au coronavirus a fait 121 victimes vendredi après une légère accalmie la veille, de nouveaux cas porteurs du covid-19 commencent à apparaître dans des régions n’ayant enregistré aucun cas depuis plusieurs semaines.

C’est le cas de la région de Dakhla Oued Eddahab qui a recensé jeudi, 3 nouveaux cas après plusieurs semaines avec zéro cas au compteur et malgré l’interdiction de mouvement et mesures de confinement sanitaire, ce qui pose certaines questions sur le degré de respect de ces mesures.

Cette montée de nouveaux cas dans les régions et leur répartition se révèle être un indicateur de la reproduction du virus à travers le Royaume, élément important dans la détermination de la situation épidémiologique dans le pays, ce qui permet in fine de prendre des décisions sur le déconfinement de la population.

Selon le spécialiste l’indice de reproduction de virus se doit impérativement d’être en dessous de 1, et de préférence en dessous de 0,7 pendant deux semaines au minimum pour pouvoir procéder à un déconfinement de la population.

Pour rappel, le Maroc a enregistré vendredi 121 nouveaux cas positifs au coronavirus, dont 102 font partie de l’entourage d’autres cas qui sont toujours pris en charge par les unités de soin dédiés au covid-19 des services de santé.

La majorité de ces cas sont « malheureusement » encore recensés dans le cadre de foyers, spécialement dans des unités industrielles, a regretté Mohamed Lyoubi qui a ajouté que 88 cas enregistrés vendredi étaient des habitants de Casablanca et le reste des cas était concentré dans la région de Tanger Tétouan Al Hoceima, et à moindre mesures dans les autres régions.

Vendredi, 6 régions du pays n’ont enregistré aucun nouveau cas de covid-19, il s’agit de Draa Tafilalet, l’Oriental, Béni Mellal Khénifra, Guelmim Oued Noun, Laayoun Sakia El Hamra, Dakhla Oued Eddahab.

Dans un mot final de son point de presse quotidien, le chef de l’Epidémiologie, a appelé à plus de vigilance. « Nous recommandons de respecter encore plus les mesures d’hygiène et de prévention, notamment avec la distanciation sociale, les gestes barrières, si l’on veut faire diminuer le nombre de cas et pouvoir influencer négativement la courbe de propagation du virus dans le pays », a conclu M. Lyoubi.

Pour suivre les développements de la situation épidémiologique au Maroc en chiffres, rendez-vous sur la plateforme Hespress FR dédiée au Covid-19.

Urgence sanitaire: L’interdiction des déplacements nocturnes levée après Aïd Al-Fitr