Coronavirus : Cuba et Costa Rica les nations « bon élève » de l’Amérique latine

22 Mai 2020 à 14:46 Monde
Coronavirus : Cuba et Costa Rica les nations « bon élève » de l’Amérique latine

Alors que le continent américain voit s’alourdir chaque jour davantage le bilan des décès dus au coronavirus (Covid-19), Costa Rica et Cuba n’ont été que légèrement touchés par la pandémie : le nombre de contaminations en baisse et le taux de létalité est faible.

Avec 1.900 cas enregistrés, 80 morts et 1 603 patients guéris (chiffres du ministre de Santé hier jeudi) force est de constater que le nombre de contaminations dans le pays continue de baisser. Cuba qui vient de passer une semaine sans aucun décès lié au coronavirus (Covid-19 en a déploré un hier jeudi, un patient de 78 ans originaire de La Havane, soit 80 morts.

Le ministère cubain de la Santé a en outre signalé jeudi 30 nouvelles guérisons en 24 heures qui sont venues s’ajouter au total de 1 603 patients qui se sont remis du coronavirus  (Covid-19). Le nombre total de récupérations représente 84% des 1 908 cas à Cuba. Huit nouveaux cas Covid-19 ont été enregistrés après 1 743 tests hier jeudi. Parmi les 246 cas actifs, 218 patients ont une évolution clinique stable, deux ont été évacués vers leur pays d’origine, l’un étant dans un état critique et il y a quatre cas graves. Les autorités en charge de la crise épidémiologique ont recommandé de se conformer aux mesures de protection et aux directives gouvernementales pour empêcher la propagation du coronavirus du SRAS-Cov-2.

L’évolution positive dans cette île de 11,2 millions d’habitants, s’explique par la stratégie adoptée par les autorités. Elle a porté sur fermeture des frontières et des écoles, placement en quarantaine des contacts des cas positifs et recherche maison par maison de tout symptôme et surtout la rapidité de réaction et d’exécution de l’état d’urgence sanitaire. Par ailleurs, la faible densité de population et l’absence de grands centres urbains, à l’exception de la Havane sous-entend cette réussite.

Au Costa Rica, pays de 5 millions d’habitants, depuis l’apparition de la maladie le 7 mars, on a enregistré 903 cas de coronavirus (Covid-19), dont 318 toujours actifs et 592 guérisons. Le nombre de décès est pour l’heure de dix. Le Costa Rica lève progressivement les restrictions dues au confinement et a même, à l’instar de l’Allemagne, annoncé la reprise du championnat de football à huis clos. Il doit cette ouverture à un des plus faibles taux de létalité (1,1%) de la région et à un système de santé solide et un niveau d’éducation élevé ce qui a facilité la lutte contre l’épidémie.

Mais le revers de la médaille à ces bons résultats, sont que, les deux pays ont été affaiblis économiquement par l’impact de la pandémie de coronavirus. Cuba a demandé une pause à ses créanciers. Dans un courrier adressé au Club de Paris, le vice-Premier ministre, Ricardo Cabrisas requiert  « un moratoire pour 2019, 2020, et 2021, afin de recommencer à payer en 2022 ».

C’est que l’île, avec la crise du coronavirus (Covid-19) est privée tout comme le Costa Rica du reste, d’un de ses principaux revenus, dont le tourisme, deuxième ressource du pays. En 2018, ce secteur (1/3 des entreprises privées) employait 200 000 travailleurs, ce qui lui a rapporté près de 3 milliards de dollars… Mais depuis le 24 mars, tout est à l’arrêt. Autre source importante de revenus, les envois d’argent de la diaspora cubaine à leurs familles. Or, de nombreux Cubains exilés vivent aux États-Unis où le chômage atteint des niveaux inédits en raison de l’épidémie.

Mis à part les sanctions américaines L’autre facteur qui accentue la fragilité économique de Cuba est l’importation. 80% de ce que consomme l’Île n’est pas produit en interne. Faute de devises pour payer ses importations, Cuba les a réduites drastiquement au premier trimestre. Le seul espoir cubain pour se refaire une santé économique le FMI et la Banque mondiale. En effet, les deux instances se sont engagées à soutenir les pays les plus fragiles. Problème, Cuba ne fait partie d’aucune d’entre elles.

Espagne: plus de 253.600 Marocains affiliés à la sécurité sociale à fin avril