Israël: Benjamin Netanyahu demande à ne pas passer devant la justice

19 Mai 2020 à 21:26 Monde
Israël: Benjamin Netanyahu demande à ne pas passer devant la justice

Inculpé dans différentes affaires notamment pour corruption, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a demandé mardi, à ne pas comparaître devant le tribunal. 

Alors que son procès pour corruption doit débuter dimanche, le chef du gouvernement israélien a demandé à ne pas se présenter à l’ouverture. Il est en passe d’être le premier chef de gouvernement du pays à passer devant la justice en cours de mandat et dans trois affaires distinctes pour « corruption », « abus de confiance » et « fraude ».

Si un accord historique a été trouvé entre lui et Benny Gantz son ancien rival à la tête de l’exécutif israélien, afin de partager le pouvoir sur une période équivalente, le Premier ministre ne pourra finalement pas échapper à la justice, et il devra se présenter pour son procès dimanche.

Benjamin Netanyahu pouvait compter sur un ajournement de son procès qui devait se tenir à la mi-mars à cause du confinement dans le pays suite au coronavirus, mais après l’instauration de mesures de déconfinement, la réouverture des écoles et des tribunaux a été actée, permettant de garder la date du 24 mai pour son procès.

Si le ministère de la Justice a appuyé la nécessité de la présence du Premier ministre à son procès, la défense de ce dernier a fait une demande dans le sens contraire. Dans un communiqué, les avocats de l’accusé ayant demandé une dérogation estiment que « la réaction du parquet est infondée et vient servir les intérêts d’une campagne médiatique destinée à présenter M. Netanyahu sur le banc des accusés ».

Le ministère de la Justice avait signifié auparavant qu' »aucun motif ne justifie l’absence inhabituelle du prévenu à l’ouverture de son procès« , dont la présence est « importante » pour la « confiance du public ».

Mais les avocats du Premier ministre israélien estiment quant à eux que sa présence n’est pas obligatoire du fait que l’audience sera destinée à la lecture de l’acte d’inculpation « dont les détails sont bien connus de notre client ».

En réponse, le ministère a publié un communiqué dans lequel il déplore que les avocats du Premier ministre « aient participé à une attaque sauvage contre leurs collègues représentant l’accusation et tenté d’imputer au parquet des intentions étrangères au droit« , réaffirmant que sa présence était « obligatoire ».

France : Les personnes atteintes d'obésité plus exposés aux dangers du coronavirus, selon une étude