France : Les personnes atteintes d’obésité plus exposés aux dangers du coronavirus, selon une étude

19 Mai 2020 à 14:29 Monde
France : Les personnes atteintes d’obésité plus exposés aux dangers du coronavirus, selon une étude

L’obésité peut-il rendre le coronavirus plus dangereux? Selon une étude menée par des chercheurs du CHU de Lille et des Hospices Civils de Lyon, il y a un lien entre les personnes en surpoids et les formes graves du Covid-19. 

L’étude parue lundi et conduite sur plus de 450 patients hospitalisés à Lille et Lyon, l’étude, parue lundi dans la revue médicale a montré que les patients atteints d’obésité seraient plus exposés à développer des formes sévères de coronavirus.

Les chercheurs se sont appuyé sur la présence plus nombreuse qu’attendu de patients en surpoids dans les services Covid-19 et en réanimation.

« Nous observons que parmi les gens hospitalisés, il y a 25% de patients atteints d’obésité alors que dans la population adulte française, il y a 15% d’obèses », indique le Dr Cyrielle Caussy, l’une des auteurs de l’étude et membre du service Endocrinologie-Diabétologie à l’hôpital Lyon-Sud, citée par les médias de l’Hexagone.

« C’est encore plus vrai dans les services de réanimation où la proportion de personnes atteintes d’obésité est de 35%« , selon la médecin, soit deux fois plus nombreux que dans la population générale.

Dotés d’une moins bonne capacité pulmonaire, les patients atteints d’une obésité sont exposés à plus de risque si elles sont contaminées et pourrait voir leur état s’aggraver.

Dans ce sens, l’auteur de cette étude a précisé qu’il était important de faire attention et de maintenir les gestes de barrière.

En général, le surpoids ou l’obésité augmente les facteurs de risque généraux, notamment le diabète de type 2, les maladies coronariennes, certains types de cancer comme le sein et les intestins et les accidents vasculaires cérébraux.

Au début de la propagation du virus, les antécédents de problèmes coronariens ou de diabète ont été identifiés comme une vulnérabilité croissante (les chiffres publiés par le NHS le 14 mai montrent qu’un quart des patients atteints de coronavirus décédés souffraient de diabète), mais l’obésité n’était pas explicitement référencée .

Maintenant, des études préliminaires ont montré que l’obésité peut également rendre le coronavirus plus dangereux.

Coronavirus: Un laboratoire chinois met au point un traitement qui pourrait endiguer la pandémie