Berger de Benslimane: Le défense du Français veut un jugement de proximité

11 Mai 2020 à 18:19 Société
Berger de Benslimane: Le défense du Français veut un jugement de proximité

La défense du Français impliqué dans l’affaire qui l’oppose à un jeune berger à Benslimane, a requis un changement de juridiction, assurant que l’affaire devrait être portée à une juridiction de proximité et non à la chambre criminelle. 

Pour rappel, l’affaire opposant le citoyen de nationalité française à un jeune berger avait éclaté il y a quelques semaines après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant l’accusé foncer sur le troupeau du jeune berger.

L’affaire avait provoqué une vague d’indignation et un tollé dans la société marocaine, si bien que plusieurs membres de la société civile et l’Association marocaine des droits de l’Homme ont pris part à ce dossier et se sont portés partie civile contre le Français pour rendre sa « dignité » à la victime.

La tension était palpable durant le procès lundi qui opposait les deux parties lorsque la défense du Français a réclamé que le procès se déroule devant un juge de proximité en première instance et non pas devant la chambre criminelle, au moment où le jeune berger a reçu le soutient de plusieurs avocats ayant préféré prendre son parti.

Le vice-procureur du roi au tribunal de première instance a répondu de son côté, que le jugement de proximité concernait les litiges alors que l’accusé est poursuivi pour plusieurs autres motifs. La défense du jeune berger a appuyé le plaidoyer du ministère public dans cette réponse.

Par ailleurs, le tribunal de première instance a par ailleurs refusé la liberté provisoire requise par la défense de l’accusé et l’audience a été reportée à la semaine prochaine afin que les avocats de l’Association marocaine des droits de l’Homme qui s’est rendue partie puissent préparer leur défense dans ce dossier.

Coronavirus: Alerte sur le manque de respect du confinement et la multiplication des foyers