Le premier chat contaminé par le coronavirus en Espagne décède

08 Mai 2020 à 14:39 Monde
Le premier chat contaminé par le coronavirus en Espagne décède

L’Espagne a enregistré sa première victime féline du coronavirus. Negrito, un chat de quatre ans en Catalogne, a été contaminé par le virus après la mort de son propriétaire.

Il s’agit du sixième chat au monde qui aurait attrapé le Covid-19, le premier en Espagne. Selon la presse espagnole, le chat a dû être euthanasié après avoir souffert d’une grave maladie cardiaque. 

En effet, les propriétaires avaient amené le chat chez le vétérinaire car il avait du mal à respirer. Il présentait également une numération plaquettaire très faible et souffrait d’insuffisance cardiaque. Le vétérinaire a décidé d’abattre l’animal et d’envoyer son corps à Cresa.

« Il est une victime collatérale de la maladie chez l’homme », a déclaré Joaquim Segales, chercheur au Centre de recherche en santé animale (CReSA).

Les chercheurs du centre ont étudié plusieurs des organes du chat à la recherche du virus du SRAS-CoV-2, qu’ils ont trouvé à deux endroits: la cavité nasale et un ganglion lymphatique près de l’intestin. La charge virale était très faible.

« Ce sont des cas anecdotiques », a expliqué Víctor Briones, professeur de santé animale à l’Université Complutense de Madrid.

« Covid-19 est une maladie humaine, comme en témoignent des millions de cas, alors que le nombre de cas d’animaux peut être compté sur deux mains », précise-t-il, avant d’ajouter :

« Les gens doivent être clairs: dans très peu de cas connus, le chat a toujours été le récepteur de la transmission, il n’y a aucune preuve qu’il puisse le transmettre à une personne ».

Les études scientifiques publiées jusqu’à présent affirment que les chats sont l’une des espèces les plus sensibles au SARS-Cov-2, notant, toutefois, qu’il y a peu de recherches qui évaluent la sensibilité de différentes espèces au nouveau coronavirus et la dynamique de l’infection chez les espèces animales sensibles.

Libye : L'aviation du maréchal Haftar pilonne Misrata, l’ONU s’insurge contre les mercenaires