Jeunes Adouls: pour une numérisation « à tous les niveaux »

22 Avr 2020 à 21:09 Justice
Jeunes Adouls: pour une numérisation « à tous les niveaux »

L’Association marocaine des jeunes Adouls a littéralement rompu son silence pour évoquer un certain nombre de problèmes auxquels sont confrontées les professionnels du domaine, dans ce contexte de crise du Coronavirus au Maroc.

Président de l’Association marocaine des jeunes Adouls, Mohamed Haddaoui a expliqué à Hespress FR que la situation exceptionnelle au Royaume, similaire aux reste du monde affecte négativement la vie publique et les activités administratives, économiques et sociales.

C’est que l’activité adoulaire a été suspendue, en raison de l’état d’urgence sanitaire et de la fermeture des bureaux, dans le souci de contribuer au succès des efforts déployés à cet égard par les pouvoirs publics.

Mais le président de l’association professionnelle déplore la « non activation de la plateforme électronique par le ministère Justice pour permettre aux Adouls de soumettre des demandes liées aux contrats de mariage« , et regrette le fait de « ne ne pas tirer profit de la plate-forme électronique mise en place par la Conservation foncière ».

L’Association marocaine des jeunes Adouls se désigne ainsi porte-parole des revendications de cette profession et déclare s’inspirer de l’esprit du nouveau modèle de développement souhaité par le Roi Mohammed VI pour émettre une série de demandes.

Mohamed Haddaoui explique en ce sens qu’il y a nécessité de tirer parti de la numérisation des transactions judiciaires à tous les niveaux, pour permettre aux Adouls d’accéder à la plate-forme électronique consacrée à tous les services administratifs vitaux dans le Royaume.

Il convient aussi, selon l’Association, d’ouvrir des voies de communication avec le ministère de la Justice, et d’adopter une approche participative afin de réviser le Code de la famille, dans le volet touchant à l’autorisation de documenter les contrats de mariage et de divorce. Cette procédure est jugée comme étant « bureaucratique », « n’ayant aucun intérêt, tout en nuisant aux citoyens concernés et en gênant le travail adoulaire ».

Les jeunes Adouls demandent également au président de leur Ordre national de « prendre toutes les mesures nécessaires », et de « s’efforcer avec toutes les autorités compétentes pour numériser le travail et les transactions de la profession », et « faciliter l’accès des Adouls à toutes les plateformes électroniques des services publics concernés ».

L’Association souligne en fin que « tous les jeunes Adouls du Royaume sont prêts pour la numérisation et prêts à interagir et à répondre à toutes les exigences qui en découlent ».

Urgence sanitaire: La CNDP atteste de la conformité à la loi du traitement supporté par l’application mobile de la DGSN