Coronavirus: L’UNICEF appelle à débloquer plus de 90 millions de dollars pour les enfants du Moyen-Orient

20 Avr 2020 à 13:04
Coronavirus: L’UNICEF appelle à débloquer plus de 90 millions de dollars pour les enfants du Moyen-Orient

L’Unicef a appelé, lundi 20 avril, à une levée de fonds de près de 100 millions de dollars pour venir en aide aux enfants au Moyen-Orient et Afrique du Nord notamment à cause des nouveaux défis qu’impose l’épidémie du coronavirus qui s’ajoute aux conséquences de la guerre.

Dans un communiqué, Ted Chaiban, le directeur régional de l’organisation affirmé que « la combinaison du manque ou de l’inadéquation des services de base, d’années de conflits, de pauvreté et de privation avec la maladie Covid-19 frappe en premier lieu les enfants (…) et rend leur vie, déjà difficile, insupportable ».

En ce sens, l’UNICEF plaide pour l’activation d’une aide supplémentaire, une levée de fonds de 92,4 millions de dollars (environ 84,8 millions d’euros) pour aider ces enfants qui vivent dans une situation encore plus précaire à cause de la pandémie du Coronavirus qui impose à plusieurs pays des mesures de distanciation sociale et de confinement.

Selon l’agence onusienne, près de 110 millions d’enfants sont actuellement confinés. Elle affirme soutenir les efforts des autorités pour que le plus grand nombre puisse étudier à distance.

Et, l’Unicef diffuse aussi dans les médias et sur les réseaux sociaux des recommandations pour réduire les risques d’infection, préserver la santé physique et mentale des enfants et de leurs familles, et afin d’éviter la stigmatisation des personnes infectées, ajoute le communiqué de l’Agence des Nations unies pour l’enfance.

Dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, plus de 105.000 cas de nouveau coronavirus, dont 5.699 décès, ont été officiellement enregistrés.

La région compte le plus grand nombre d’enfants dans le besoin au monde, soit près de 25 millions, à cause des conflits en cours, indique la même source.

Coronavirus: L'Espagne enregistre pour la première fois moins de 400 morts quotidiens