La DGAPR dément la propagation du coronavirus parmi les détenus (mise au point)

26 Mar 2020 à 22:45 Société
La DGAPR dément la propagation du coronavirus parmi les détenus (mise au point)

La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a démenti, jeudi, l’authenticité d’un enregistrement vocal relayé sur les réseaux sociaux, intitulé « urgent et dangereux: Coronavirus envahit les prisons », affirmant qu’il s’agit d’allégations mensongères « dénuées de tout fondement ».

Dans une mise au point, la DGAPR indique avoir mobilisé tous ses cadres médicaux et paramédicaux et l’ensemble de son personnel pour préserver la santé publique des détenus et faire en sorte que le nouveau Coronavirus ne leur soit pas transmis, ajoutant qu’elle veille, quotidiennement, à désinfecter tous les établissements pénitentiaires pour assurer l’hygiène générale, conformément aux mesures préventives prises par le Maroc pour faire face à la propagation de cette pandémie.

La DGAPR souligne avoir pris d’autres précautions en ce sens, dont la suspension de la visite familiale, « une mesure saluée aussi bien par les détenus que par leurs familles », faisant savoir que tous les prisonniers sont autorisés à communiquer de manière permanente avec leurs proches via des téléphones fixes dédiés.

Les détenus sont aussi autorisés à recevoir des transferts d’argent afin de subvenir à leurs besoins en produits disponibles dans les économats des établissements pénitentiaires, sachant qu’ils reçoivent tous régulièrement leurs repas, préparés par une entreprise spécialisée dans ce domaine, selon la même source.

La DGAPR relève, en outre, que tout cas suspect au nouveau coronavirus parmi les détenus est soumis de façon urgente aux analyses du laboratoire, soulignant qu’aucun cas n’a été enregistré jusqu’à présent. Et de conclure que l’auteur de cet enregistrement vocal n’est pas un détenu et que la publication de tels « allégations et mensonges » n’a d’objectif que de semer la peur et la panique et de porter atteinte aux efforts de la DGAPR et de ses cadres.

CNSS: en 24 heures, plus de 40.000 demandes de compensation pour arrêt de travail