Israël : Démission du président de la Knesset devant une sommation de la Cour suprême

25 Mar 2020 à 19:28 Monde
Israël : Démission du président de la Knesset devant une sommation de la Cour suprême

Le président du Parlement israélien, Yuli Edelstein, a indiqué mercredi qu’il démissionnait de la présidence. En effet il a préféré rendre le tablier plutôt que de se plier à une ordonnance de la Haute Cour d’Israël lui intimant de tenir un vote sur un nouveau président de la Knesset ce mercredi.

Yuli Edelstein, qui était en poste depuis 2013 est un allié inconditionnel de Benjamin Netanyahu.  En démissionnant, il a ouvert la voie à son possible remplacement par un opposant au Premier ministre sortant. Cette situation survient alors que l’état hébreu traverse sa pire et plus longue crise politique (trois législatives en moins d’un an sans être capable de s’accorder sur la formation d’un gouvernement).

Israël n’avait pas besoin qu’une crise législative vienne s’agglutiner à celle de l’exécutif. Le président démissionnaire de la Knesset, Yuli Edelstein, a informé mercredi le chef du Parti travailliste, Amir Peretz, qu’en tant que membre le plus ancien de la Knesset, que c’est lui qu’échoira son remplacement en tant président intérimaire lorsque sa démission entrera en vigueur vendredi à 11 heures.

Dans sa déclaration de sortie le sioniste Yuli Edelstein a accusé la Haute Cour « de ne pas avoir fondé sa décision sur la loi mais sur une interprétation unilatérale et extrême », ajoutant que « cette décision contraire à la réglementation de la Knesset, sapait le travail de cette dernière ».

Toujours est-il que cette décision pourrait ouvrir la voie à l’élection d’un président du Parlement issu des rangs du parti centriste Kakhol lavan de Benny Gantz. Logiquement il devrait pousser à la tenue d’un vote sur le prochain président de la Knesset dès aujourd’hui malgré la démission de Yuli Edelstein qui lui accorde encore 48 heures de délai.

L’ objectif des adversaires Netanyahu étant de faire adopter une loi empêchant toute personne inculpée d’être Premier ministre. Or pour qu’une telle loi soit votée, il est essentiel que soit issu de leurs rangs le chef du Parlement, ce que la démission de M. Edelstein rend désormais possible.

En démissionnant, Yuli Edelstein a mis fin à la session de la Knesset. Son départ ne prendra effet que dans 48 heures, ce qui signifie qu’un nouveau président ne sera pas élu avant la semaine prochaine.

Au terme des législatives du 2 mars, c’est Benny Gantz qui a été désigné pour former le prochain gouvernement, mais il n’est pas certain qu’il y parvienne en raison du morcellement du paysage politique.

Coronavirus : L'Arabie saoudite place en quarantaine Ryad, Médine et La Mecque