Coronavirus : Des centaines de camping-caristes bloqués aux portes du préside de Sebta

Coronavirus : Des centaines de camping-caristes bloqués aux portes du préside de Sebta

Des centaines de touristes français (80%), suisses, belges … des camping-caristes en l’occurrence, sont depuis dimanche (le Maroc et l’Espagne ayant fermé leurs frontières communes) bloqués aux portes de Sebta. Ils n’ont pour unique espoir que les frontières rouvrent afin de pouvoir embarquer dans un ferry qui les ramènerait sur la péninsule ibérique.

« Organisez un convoi vers la France ! » implorent les Français à l’intention du Quai d’Orsay voire même de l’Élysée, mais jusqu’à présent il n’y a eu guère d’échos à leur demande. En effet, ils attendent que leurs dirigeants puissent convaincre Marocains et Espagnols « d’ouvrir leurs frontières ».

En attendant, c’est une file de plusieurs kilomètres qui s’est formée et les camping-cars sont à l’arrêt sur la route qui mène au préside de Sebta, sans autre solution de retour vers leurs pays respectifs. « Nous n’avons pas d’eau, pas électricité, pas de commerces sous la mainNous sommes désespérés » déclare une camping-cariste. Pour leur malheur, les campings marocains, mais aussi les hôtels et magasins ont fermé, piégeant ainsi les touristes qui n’ont d’autre solution que d’attendre dans leur mobile-home.

La situation est d’autant problématique du côté sanitaire (où vider les WC ?) (Où s’alimenter en nourriture, en eau ?), de plus les conditions climatiques ne sont pas tendres ces derniers jours dans cette région du Nord du Royaume où il pleut et il fait froid. Les camping-caristes ne comprennent pas pourquoi les Espagnols bloquent cette frontière car selon eux ils ne présenteraient pas de danger s’ils roulent confinés dans leur camping-cars à travers l’Espagne jusque chez eux.

A l’aérien ce sont quelques 140 vols de circonstances qui ont été mis en place dans le seul but de rapatrier les voyageurs français bloqués à Marrakech, Casablanca ou Tanger. Mais pour ce qui est du maritime aucun ferry ne quitte le Royaume, d’où cet entassement qui s’est formé et se forme toujours de plus en plus, au quotidien à la frontière de Sebta. On l’image les conditions d’hygiène chez les camping-caristes vont en se dégradant.

« J’ai peur de mourir de la bêtise humaine », se plaint ce Vaudois (Suisse) de 71 ans qui depuis 48 heures, attend dans son mobile-home au beau milieu de la file. Devant lui, au bas mot une centaine de camping-cars de touristes désespérés et au moins tout autant derrière dans deux colonnes interminables (d’aucuns estiment à un millier le nombre de véhicules). Alors qu’il voulait rallier la Mauritanie, il a dû faire demi-tour non sans avoir été entraîné dans diverses péripéties de circonstances dues à cette situation d’urgence causée par la pandémie du coronavirus (Covid-19).

Etat d’urgence : Les Forces Armées Royales plus que jamais en renfort