Coronavirus: L’AMDH appelle à libérer les détenus politiques pour soulager les pénitenciers

22 Mar 2020 à 17:29 Société
Coronavirus: L’AMDH appelle à libérer les détenus politiques pour soulager les pénitenciers

Dans le cadre des mesures préventives prises par le Maroc en vue de lutter contre la propagation du coronavirus dans le pays, et au vu de l’encombrement que connaissent les pénitenciers du Royaume, l’Association marocaine des droits humains (AMDH) a appelé à la libération des détenus politiques.

« C’est une mesure qui a été prise par d’autres pays, et elle permettra d’une part, d’alléger la pression sur les prisons en ces temps d’épidémie, et d’autre part, de recouvrer la confiance des citoyens en leurs politiques », a confié à Hespress FR, le président de l’AMDH, Aziz Ghali.

Pour lui, « si cette requête porte essentiellement sur les détenus politiques, elle concerne également les prisonniers qui ne représentent pas (ou plus) de danger pour le pays, tels les mineurs, les personnes âgées, les détenus proches de la libération... ».

« C’est en même temps un renforcement de la confiance en l’Etat et un soulagement pour la société », insiste-t-il.

Ghali fait également savoir que » l’Association compte effectuer une visite à la DGAPR pour s’enquérir de la situation des détenus et des mesures décidées par les autorités pénitentiaires pour sécuriser les prisons en ces temps d’épidémie ».

En outre, poursuit le président de l’AMDH, « l’AMDH étudie plusieurs schémas pour des actions solidaires envers les hôpitaux qui font face à des pénuries monstres en matériel et équipement, pour faire face à une éventuelle urgence sanitaire dans le pays ».

« Avec le collectif pour la préservation du droit à la santé au Maroc, et différentes composantes de la société civile, nous étudions une formule d’action pour soutenir l’effort national de lutte contre le coronavirus », nous explique Aziz Ghali.

Pour rappel, l’Observatoire Marocain des Prisons (OMP) a formulé une demande similaire, en appelant à la protection des populations carcérales en libérant certaines catégories de détenus pour éviter leur contamination au coronavirus.

Dans un communiqué rendu public, l’OMP a recommandé aux autorités d’élargir ces mesures « exceptionnelles » pour libérer plus tôt les détenus devant sortir courant mars 2020, mais également les mineurs en attente de leurs procès, les personnes âgées de plus de 65 ans, les prisonniers d’opinion et les militants pacifiques.

L’Observatoire a, en outre, recommandé de réduire le nombre de prévenus et ainsi diminuer la surpopulation carcérale qui, à cause du confinement et de la promiscuité, peut conduire à des développer des foyers de coronavirus incontrôlables dans le milieu pénitencier en raison d’une « carence criante d’infrastructures et de personnels soignants ».

De même, en plus des mesures déjà mises en place par la DGAPR, notamment la réduction de visites à une seule par mois, l’OMP préconise la mise à disposition des détenus les produits désinfectants et d’hygiène recommandés, de réduire le nombre de détenus par cellule et de veiller à la désinfection des locaux.

L’OMP appelle également la Présidence du Ministère Public à procéder au report du renvoi des accusés arrêtés en cours de jugement devant les tribunaux et de leurs procès à une période ultérieure, en raison de cette crise du Covid-19 qui impose des mesures préventives visant à limiter les risques de propagation du virus dans les établissements pénitentiaires.

Coronavirus : Appel à solidarité en faveur de la filière de la communication, du marketing, des métiers créatifs et des services