Coronavirus: 4ème décès en Algérie

15 Mar 2020 à 13:47 Monde
Coronavirus: 4ème décès en Algérie

L’Algérie a enregistré un 4ème décès dû au coronavirus, a annoncé dimanche le ministère de la Santé dans un communiqué. L’Algérie compte actuellement 48 cas porteurs du Covid-19.

La 4ème victime décédée des suites du coronavirus en Algérie est une femme âgée de 84 ans, originaire de la Wilaya de Blida, indique la même source. Plus tôt dans la journée, le Premier ministre algérien Abdelaziz Djerad a annoncé que le pays recensait selon les derniers chiffres 48 cas positifs au coronavirus.

Par ailleurs depuis la nuit de samedi à dimanche, 8 nouvelles personnes atteintes de ce virus se sont ajoutées au total des personnes testées positives par l’Institut Pasteur.

Le Premier ministre a assuré que le pays achetait et continuait d’acheter du matériel pour détecter et faire face à cette épidémie, déclarant par ailleurs que le matériel importé se chiffrait par « plusieurs millions de dollars ».

« En une semaine, nous avons importé plusieurs millions de dollars de matériels, de caméras thermiques, de kits, de gans pour pallier aux insuffisances que nous avions au début », a déclaré le chef du gouvernement algérien à la Radio nationale.

« Pas plus tard qu’hier (samedi), un avion chargé de ce matériel est arrivé en provenance des Emirats », a indiqué Abdelaziz Djerad en référence à une importante cargaison de réactifs, de bavettes et gels hydroalcoolique. « Nous avons importé aussi de France et de plusieurs pays européens tel que le Danemark, et la Norvège », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, il a indiqué le devoir de « prendre toutes nos précautions », assurant que l’Etat a pris « toutes les dispositions » sur le plan sanitaire, pour prendre en charge des cas qui se présentent.

Affirmant que l’essentiel est « de cloisonner, de circonscrire et de faire une sorte de barrière pour que le virus n’évolue pas à travers le territoire national », le Premier ministre a ajouté que « c’est ça ce que les gens doivent comprendre, quand on leur dit de ne pas sortir, de ne pas y aller dans des parcs, ne pas laisser les enfants dehors, pour essayer de limiter, un tant soit peu, l’évolution de ce virus ».

Djerad a soutenu que « nous devons prendre toutes nos précautions (…), il ne s’agit pas d’ameuter l’opinion publique, ni de réagir de manière intempestive », mais, a-t-il ajouté, « il s’agit beaucoup plus d’être mesuré et de prendre ses responsabilité d’homme d’Etat face à une crise mondiale qui risque de se répercuter sur notre pays ».

« Ne nous affolons pas. C’est qu’il faut comprendre c’est qu’il n y a pas un médicament, un vaccin, pour cette maladie », a-t-il dit, relevant que l’essentiel est d’essayer « de cloisonner, de circonscrire et de faire une sorte de barrière pour que le virus n’évolue pas à travers le territoire national ».

« C’est ça ce que les gens doivent comprendre, quand on leur dit de ne pas sortir, de ne pas y aller dans des parcs, ne pas laisser les enfants dehors, pour essayer de limiter, un tant soit peu, l’évolution de ce virus », a-t-il souligné.

Maison Blanche: Le président Trump testé négatif au coronavirus