Revue de presse quotidienne de ce jeudi 27 février 2020

27 Fév 2020 à 09:17 Presse
Revue de presse quotidienne de ce jeudi 27 février 2020

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi 27 février 2020 

Le Matin

• El Otmani: L’immobilier pose des problématiques héritées de l’époque coloniale. Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a présenté au Chef du gouvernement Saâd Dine El Otmani, son étude relative à la stratégie nationale sur la politique immobilière de l’État et le plan d’action pour sa mise en œuvre. L’étude réalisée par le CESE à la demande du gouvernement « revêt une importance particulière parce qu’elle constitue une plateforme d’une stratégie immobilière nationale qui répond à un certain nombre d’aspirations en matière de réforme foncière dans notre pays », a indiqué El Otmani lors de cette réunion, a rapporté le département du chef du gouvernement dans un communiqué. A cette occasion, le Chef du gouvernement a relevé que l’immobilier « pose de nombreuses problématiques héritées de l’époque coloniale », estimant « qu’en élaborant une stratégie immobilière nationale, nous allons réaliser un saut qualitatif », indique le communiqué.

• Les mesures pour une meilleure participation des femmes à la société. Le Directeur Régional par intérim d’ONU-Femmes pour les États arabes, Moez Doraid, a indiqué que l’amélioration des infrastructures aide à surmonter les obstacles pouvant entraver la pleine participation des femmes à la société, notant qu’une cinquantaine de villes à travers le monde, dont Rabat et Marrakech, ont pris des mesures concrètes à cet égard. Intervenant lors de l’ouverture des travaux du cinquième Forum mondial d’ONU-Femmes pour des villes et des espaces publics sûrs, le responsable onusien a souligné que ces mesures concernent la définition de politiques locales et la création de partenariats multisectoriels, ainsi que la promulgation de lois pour lutter contre toutes les formes de violence à l’égard des femmes, en plus de la modification de la forme et du concept des espaces publics à travers la promotion d’une planification et d’une conception urbaines qui tiennent compte de la dimension genre et la sécurité de la Femme.

L’Economiste

• Les coûts des défaillances d’entreprises. Le Maroc fait partie des pays où la conjoncture et les impayés sont meurtriers pour les entreprises. Le nombre de faillites pourrait dépasser le seuil de 9.000 entreprises, selon les prévision d’Euler Hermes. “Une défaillance, c’est une entreprise qui meurt en laissant des créances derrière elle. Cela a un coût économique”, explique Ludovic Subran, chef économiste d’Allianz. En gros, les défaillances comme les délais de paiement coûteraient respectivement un point de PIB. Un projet de loi pour mettre de l’ordre dans ces délais devrait être examiné ce jeudi par le Conseil du gouvernement. Il prévoit des amendes qui alimenteraient un fonds de soutien aux PME. L’année dernière, les créances interentreprises ont atteint 420 milliards de DH contre 390 milliards de DH en 2018.

• Audit: le tarif minimum devient obligatoire. Si les notaires s’opposent au plafonnement de leurs honoraires, les experts-comptables ont opté pour la fixation d’un tarif minimum. En effet, le conseil national de l’Ordre a diffusé récemment une directive demandant à ses membres d’appliquer un tarif minimum de 500 DH/HT de l’heure pour les missions d’audit légal et contractuel. Le plancher tarifaire s’applique aux mandats contractés ou renouvelés depuis le ler janvier 2020. Les professionnels qui avaient soumissionné récemment à un appel d’offres relatif à l’audit comptable et financier de l’Agence urbaine de Marrakech l’ont appris à leurs dépens. L’agence urbaine a rejeté les offres financières inférieures au barème fixé par l’organisation ordinale des experts-comptables.

Aujourd’hui le Maroc

• Innover pour développer le secteur de l’eau. Le Directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et président de l’Association africaine de l’eau (AAE), Abderrahim El Hafidi, a souligné, à Kampala en Ouganda, l’importance d’ouvrir de nouvelles voies de développement du secteur de l’eau en Afrique. S’exprimant à l’ouverture de la 20ème session du Congrès international et exposition de l’AAE (24-27 février), El Hafidi a jugé nécessaire d’ouvrir de nouvelles voies de développement du secteur de l’eau, en utilisant les solutions intelligentes, la transformation digitale, les financements innovants, la résilience aux changements climatiques ainsi que le développement des énergies renouvelables pour généraliser l’accès à l’eau potable et aux services d’assainissement dans le continent africain, rapporte un communiqué de l’ONEE.

• Les notaires s’expliquent. Estimant que leurs revendications ne trouvent pas d’échos favorables, les notaires montent au créneau. En effet, comme cela a été annoncé auparavant par leur Ordre en fin de semaine dernière, ils seront en grève les 27 et 28 février. En fait, la profession voit d’un mauvais œil l’avis émis par le Conseil de la concurrence relatif à la fixation de leurs honoraires. Lors de la conférence de presse qui s’est tenue le 25 février 2020 à Casablanca à cet égard, le Conseil national de l’Ordre des notaires se déclare ouvert à toute initiative de dialogue avec le gouvernement. Il a par ailleurs tenu à mettre les points sur les «i» expliquant que le plafonnement de leurs honoraires ouvrira la porte à la concurrence déloyale et à l’anarchie et vide le décret de son sens.

L’Opinion

• Marrakech accueille les experts de la santé. L’édition 2020 d’Officine Expo aura lieu, les 28 et 29 février, à Marrakech. Cet événement exceptionnel propose aux 12.000 visiteurs professionnels attendus un riche contenu qui met en lumière des thématiques de la plus haute actualité. L’événement inclut également la 4ème édition du Meeting Pharma Africa qui accueille cette année 18 pays du continent. Au nombre des temps forts prévus, le Salon dévoilera conférences, expositions, remises des Prix, événements networking et pitch session… Fidèle à sa tradition d’échanges et de convivialité, la 17ème édition d’Officine Expo s’inscrit dans la continuité des efforts engagés pour faire de l’événement le rendez-vous emblématique de la pharmacie sud- méditerranéenne et africaine. Réunissant près de 5000 participants de 23 pays, l’événement propose 2 jours d’échanges et de rencontres avec d’éminentes personnalités de la santé et des experts internationaux.

• Les aliments BIO font de plus en plus d’adeptes. Avec une demande croissante pour les aliments “bio”, fleurit petit à petit une agriculture qui fait le plaisir des habitants de la région Rabat-Salé-Kénitra. Les citoyens de la capitale et de sa région sont de plus en plus friands d’aliments Bio. En témoigne l’engouement des ménages qui privilégient de faire leurs emplettes dans des commerces dédiés à cette filière qui évite d’utiliser les pesticides, les OGM, les fertilisants de synthèse, les hormones de croissance animales ou encore les antibiotiques. En matière de demande, la région est la deuxième après Casablanca. Selon le directeur régional de l’Agriculture à Rabat-Salé-Kénitra, Aziz Bellouti, la superficie dédiée à l’agriculture biologique dans le Royaume s’étale sur près de 11.000 ha dont 1.250 ha se trouvent dans la région Rabat-Salé-Kénitra.

Al Bayane

• Aucun nouveau cas de spoliation foncière d’autrui n’a été enregistré. Les mesures entreprises depuis l’instauration de la Commission de lutte contre la spoliation foncière d’autrui ont permis de contourner le phénomène et de limiter sa prolifération, a indiqué, mardi à Rabat, le ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader, précisant qu’aucun nouveau cas de spoliation n’a été enregistré depuis la mise en œuvre des décisions et recommandations de ladite instance. Dans une allocution lors d’une réunion de la Commission de lutte contre la spoliation foncière d’autrui, Benabdelkader a affirmé que le nombre des affaires en cours, lesquelles sont antérieures à la création de la commission, ne dépasse pas 40 dossiers, dont neuf sont en cours d’instruction, six ont été soumis au Tribunal de première instance, quatorze sont devant les cours d’appels et quatre devant la Cour suprême, tandis que sept affaires font l’objet d’enquêtes préliminaires.

• Inventorier, préserver et fortifier le patrimoine naturel. Le patrimoine naturel est un héritage commun précieux qu’il faut inventorier, préserver et fortifier, a souligné, mardi à Rabat, le Secrétaire perpétuel de l’Académie Hassan II des sciences et techniques, Pr. Omar Fassi-Fihri. S’exprimant lors la cérémonie d’ouverture de la 15è session plénière solennelle 2020 de l’Académie, organisée sous le thème « Patrimoine naturel et développement durable », en présence notamment du chef du gouvernement Saad Dine El Otmani et du Conseiller de SM le Roi, Andrey Azoulay, Fassi-Fihri a indiqué que le Maroc se propose de disposer d’une base scientifique et technologique solide capable d’accompagner son développement économique et social en mettant en place une politique scientifique, technologique et d’innovation, audacieuse et visionnaire. Une telle vision s’explique par la richesse et la diversité du patrimoine naturel du Royaume, a-t-il souligné.

Libération

• Les syndicats en mal de syndiqués. Tout le monde le savait. Les derniers chiffres du HCP l’ont de nouveau confirmé. La majorité des actifs occupés (95,3%) ne sont affiliés à aucune organisation syndicale ou professionnelle. Parmi l’ensemble des salariés, 92,2% ne sont affiliés à aucune organisation syndicale ou professionnelle. Le taux d’encadrement syndical au Maroc qui ressemble à une peau de chagrin, ne cesse de se réduire à vue d’œil au fil du temps. La radiographie des principales caractéristiques de la population active occupée en 2019, que le HCP a rendue publique hier, indiquent que près de 15% des actifs occupés exercent un emploi non rémunéré, que près d’un actif occupé sur 10 exerce un emploi de type occasionnel ou saisonnier et que 4 actifs sur 10 travaillent plus de 48 heures par semaine.

• Rabat et Mexico déterminés à développer leur coopération parlementaire. Le président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchamach et la présidente du Sénat mexicain, Monica Fernandez Balboa, ont affirmé, à Mexico, leur engagement à apporter la preuve de la détermination des deux pays à consolider leurs relations de coopération, tant au niveau bilatéral que multilatéral. Pour ce faire, les deux parties ont convenu, lors d’un entretien au siège du Sénat mexicain en présence du président de la Commission des relations extérieures, Héctor Vasconcelos et de la présidente de Commission Asie-Pacifique-Afrique, Cora Cecilia Pinedo Alonso, de la signature prochainement d’un mémorandum d’entente pour développer et institutionnaliser la coopération parlementaire bilatérale et favoriser une coordination accrue entre les deux institutions législatives. Lors de ces entretiens, auxquels ont assisté du côté marocain le vice-président de la Chambre des conseillers, Abdelkader Salama, et l’ambassadeur du Royaume au Mexique, Abdelfattah Lebbar, les deux responsables se sont mis d’accord pour le lancement d’un processus de dialogue politique et parlementaire à même de saisir les énormes opportunités et potentialités disponibles entre les deux pays afin de développer des projets et programmes d’action en faveur de la construction d’un partenariat stratégique fondé sur le respect mutuel et promotion des intérêts communs.

Akhbar Al Yaoum

• Le point sur le marché de l’emploi. Dans sa dernière note d’information sur les principales caractéristiques de la population active occupée, le HCP précise que le taux d’activité a atteint 45,8%, soit 42,3% en milieu urbain et 52,2% en milieu rural et 71% parmi les hommes et 21,5% parmi les femmes. Ce taux d’activité passe de 45% parmi les actifs n’ayant aucun diplôme à 42,5% parmi ceux ayant un diplôme moyen pour atteindre 56,9% parmi les actifs ayant un diplôme supérieur, relève le HCP. Sur les 10.975.000 actifs occupés, 42,8% sont des ruraux et 22,7% sont de sexe féminin. Les jeunes âgés de 15 à 34 ans constituent 36,7% du volume total de l’emploi: 10,2% pour les 15-24 ans et 26,5% pour les 25-34 ans.

Al Massae

• Les contractuels ne décolèrent pas. La Coordination nationale des enseignants contractuels a annoncé de nouvelles mobilisations prévues pour le mois de mars, jugeant le gouvernement responsable de tout ce qui peut se produire dans les prochains jours ». Ils reprochent notamment au gouvernement la suspension du dialogue, une démarche que les contractuels considèrent comme « irresponsable ». Selon la Coordination, la suspension du dialogue est due à l’absence d’une vraie solution qui conduirait à la résolution définitive de ce dossier.

Al Ahdath Al Maghribia

• Des lycées et collèges équipés en matériel informatique. Quelque 34 établissements de l’enseignement secondaire bénéficieront de l’équipement en matériel informatique dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, dans le cadre du projet « Éducation secondaire » relevant du programme de coopération « Compact II », conclu entre le gouvernement du Royaume du Maroc et le gouvernement des États-Unis d’Amérique, représenté par le Millenium Challenge Corporation (MCC). Ces équipements seront attribués aux 90 établissements d’enseignement secondaire, répartis sur trois régions (Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, Fès-Meknès et Marrakech-Safi), bénéficiant du déploiement du « Modèle intégré d’amélioration des établissements de l’enseignement secondaire ».

Al Alam

• SUEZ remporte deux marchés au Maroc d’un montant de 17,6 millions d’euros. Le groupe français Suez, spécialisé dans la gestion de l’eau et des déchets, a annoncé, mardi, avoir remporté deux contrats de gestion des déchets industriels dans le secteur automobile au Maroc, pour un montant de 17,6 millions d’euros. «SUEZ confirme sa position de leader de la gestion des déchets industriels au Maroc en remportant deux contrats d’une durée de trois ans et d’un montant global de 17,6 millions d’euros. Le Groupe accompagnera PSA et Renault dans le traitement et la valorisation de leurs déchets industriels », a indiqué le groupe dans un communiqué.

Al Ittihad Al Ichtiraki

• ADM : Chiffre d’affaires de 3.1 MMDH en 2018. La société des Autoroutes du Maroc (ADM) a réalisé un chiffre d’affaires (CA) net des impôts de 3.1 milliards de dhs (MMDH) en 2018, marquant ainsi une augmentation de 5.3% par rapport à 2017. La société a précisé que l’année 2018 a affiché un résultat net positif de 104 millions de dhs (MDH), contre un résultat net de 44.8 MDH en 2017, alors que les produits d’exploitation à fin décembre 2018 atteignent 3.11 MMDH, soit une évolution de 5.3% par rapport à 2017, selon la synthèse des comptes de l’année 2018. Cette croissance est principalement due à l’augmentation du CA péage de 5.7%, exclusivement liée au trafic et à la diminution du CA hors péage de -1.5% par rapport à 2017.

Bayane Al Yaoum

• Coronavirus: Tanger-Med renforce les mesures préventives. Le service du contrôle sanitaire de Tanger-Med a mis en place un programme pratique pour le contrôle des voyageurs transitant via le port, et ce en application de la décision du ministère de la Santé relative à l’instauration du contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux pour lutter contre la propagation du coronavirus (Covid-19), a indiqué le chef dudit service et coordinateur régional des services de contrôle sanitaire au niveau de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Abderrahim Rachdi. Ce programme pratique se base sur la surveillance des navires en provenance directe des pays enregistrant des taux élevés de contamination au coronavirus (Covid-19), particulièrement la Chine, la Corée du Sud et l’Italie, a précisé Rachdi.

Rissalat Al Oumma

• Droits de l’Homme: les avancées du Maroc exposées à Genève. Le ministre d’Etat chargé des Droits de l’Homme et des relations avec le Parlement, Mustapha Ramid, a mis en avant, à Genève, les avancées et réalisations importantes accomplies au Maroc sur la voie de la consécration des droits de l’homme et de la consolidation de l’édifice démocratique dans le Royaume. Intervenant lors du Segment de haut de niveau dans le cadre de la 43ème session du Conseil des Droits de l’homme, Ramid a réaffirmé l’engagement constant du Maroc à poursuivre son interaction positive avec le système des Nations Unies pour les droits de l’homme et ses mécanismes, notamment le mécanisme de l’Examen périodique universel auquel le Royaume a présenté volontairement, en septembre 2019, son rapport à mi-parcours sur la mise en œuvre des recommandations émises au titre du troisième cycle, ainsi qu’avec les mécanismes des procédures spéciales, en ayant reçu, depuis le début du 3ème millénaire, 12 procédures.

Revue de presse quotidienne de ce mercredi 26 février 2020