Lancement aux Etats-Unis du premier essai clinique d’un éventuel traitement contre le coronavirus

25 Fév 2020 à 23:55 Monde
Lancement aux Etats-Unis du premier essai clinique d’un éventuel traitement contre le coronavirus

Le premier essai clinique aux États-Unis d’un éventuel traitement contre le nouveau coronavirus (COVID-19) est en cours dans le Nebraska et devrait à terme inclure 400 patients dans 50 endroits à travers le monde, ont annoncé mardi des responsables.

La moitié des patients de l’étude internationale recevront le Remdesivir, un médicament antiviral, tandis que l’autre moitié recevra un placebo. Plusieurs autres études, dont une portant sur le même médicament, sont déjà en cours au niveau international.

Le Dr Andre Kalil, qui supervisera l’étude au Centre médical de l’Université du Nebraska, a déclaré que l’essai clinique avait été développé rapidement en réponse à l’épidémie du nouveau coronavirus. Les patients hospitalisés avec le COVID-19, la maladie causée par le virus, pourront participer à l’essai s’ils présentent au moins des symptômes modérés.

« L’objectif ici est d’aider les personnes qui en ont le plus besoin », a déclaré le Dr Kalil.

Quatorze personnes évacuées d’un bateau de croisière au Japon sont soignées au centre médical de l’Université du Nebraska. Douze d’entre eux ont été testés positifs pour COVID-19.

Jusqu’à présent, il n’existe pas de traitements ni de vaccins éprouvés pour le nouveau coronavirus, qui a infecté plus de 80.000 personnes dans le monde et tué plus de 2.700, dont l’écrasante majorité en Chine.

Au moins deux autres études sur des patients sont déjà en cours en Chine, y compris l’autre étude portant sur le Remdesivir, réalisée par Gilead Sciences, et une autre qui teste une association de médicaments anti-VIH contenant du lopinavir et du ritonavir.

Par ailleurs, le fabricant de médicaments américain Moderna a expédié, lundi, le premier lot de son vaccin contre le coronavirus à des chercheurs du gouvernement américain, qui lanceront les premiers essais sur l’homme pour savoir si le vaccin expérimental pourrait aider à supprimer l’épidémie.

Des flacons de vaccin ont été envoyés depuis l’usine de Modena à Norwood, dans le Massachusetts, à l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) de Bethesda, près de la capitale Washington, a indiqué la société.

L’institut prévoit d’ici la fin avril de commencer un essai clinique d’environ 20 à 25 volontaires sains, afin de tester si deux doses du vaccin sont sûres et induisent une réponse immunitaire susceptible de protéger contre l’infection, a déclaré le directeur du NIAID, Anthony Fauci. Les premiers résultats pourraient être disponibles en juillet ou août.

Un premier cas confirmé positif au coronavirus en Algérie