« Pédophile » koweïtien: le Forum Al Zahra appelle la justice à « prendre ses responsabilités »

19 Fév 2020 à 17:20 Santé
« Pédophile » koweïtien: le Forum Al Zahra appelle la justice à « prendre ses responsabilités »

Affilié au PJD, le Forum Al Zahra pour les femmes marocaines a appelé le ministère de la Justice à « assumer ses responsabilités » dans le cadre des accords de coopération judiciaire avec l’État du Koweït, et à prendre les mesures nécessaires pour extrader et poursuivre le jugement du touriste koweïtien accusé d’avoir violé une mineure marocaine à Marrakech. Le touriste avait en effet pris la fuite après avoir obtenu un libération provisoire suite à l’intervention de l’ambassade de son pays au Maroc.

Le Forum Al Zahra a adressé une lettre au ministre de la Justice Mohamed Benabdelkader où il exprime sa « surprise » et sa « désapprobation » de la tournure de l’affaire du touriste koweïtien, présumé violeur d’une jeune fille de 14 ans à Marrakech.

L’homme de 24 ans était en effet poursuivi par le Tribunal de première instance de la ville pour « viol » et « attentat à la pudeur ». Mais la Cour lui a permis de bénéficier d’une libération provisoire, lui permettant par la suite de quitter le territoire national et d’échapper à la justice marocaine.

Le Forum estime que cette fuite du présumé « pédophile » koweïtien, Abderrahman Mohammed Samrane, démontre une « indulgence claire qui ne peut qu’encourager les violations flagrantes des droits des femmes et des enfants dans notre pays », appelant à « la lutte continue des associations de la société civile pour l’instruction des femmes et des enfants au sujet des droits humains« , et à « traiter, signaler et dénoncer toutes les violations qui les affectent, quelle que soit leur source ».

Rappelons que la section Marrakchie de l’Association marocaine des droits humains a été la première à tirer la sonnette d’alarme, se constituant partie civile dans ce procès. L’association avait également appelé le pouvoir judiciaire à « assumer toutes ses responsabilités pour convoquer l’accusé à son audience du 17 mars prochain », via une demande à l’État koweïtien d’extrader son citoyen à la justice marocaine conformément au droit international.

L’association a en effet exprimé sa « surprise » quant à la décision de libérer provisoirement l’accusé, et affirme que la décision d’interdire sa sortie du territoire le jeudi 30 janvier 2020 dernier « n’a pas été utile », ce qui soulève de nombreuses questions quant à la non-application du principe suprême d’égalité devant la loi.

« Nous avons également enregistré à travers de nombreuses enquêtes que le dossier a connu une sorte de chantage et d’extorsion depuis juillet 2019 jusqu’à ce qu’il soit soumis à la Police judiciaire le 13 décembre 2019. Cela s’est poursuivi durant la période de détention provisoire de l’accusé, ce qui a conduit à la renonciation de la famille de la victime à poursuivre son bourreau, avec plusieurs intermédiaires interférant dans le dossier », a expliqué l’AMDH.

Ses avocats n’excluent pas l’existence d’un réseau de traite des êtres humains dans la ville ocre, appelant par ce biais à « approfondir l’enquête en cours ».

L’AMDH a, de même, appelé le pouvoir judiciaire à « assumer toutes ses responsabilités pour convoquer l’accusé à son audience du 17 mars prochain », via une demande à l’État koweïtien d’extrader son citoyen à la justice marocaine conformément au droit international.

Hirak: Zefzafi et Ahamjik en grève de la faim selon leurs parents