Partenariat Londres/Rabat: Développer la culture et le tourisme 

14 Fév 2020 à 13:21 Monde
Partenariat Londres/Rabat: Développer la culture et le tourisme 

Alors que le Royaume-Uni vient de sortir de l’Union européenne et oeuvre à établir et à développer de nouveaux rapports, Stephanie Al Qaq, directrice du département Moyen-Orient et Afrique du Nord au Foreign & Commonwealth Office, et l’ambassadeur britannique au Maroc Thomas Reilly ont affirmé à Rabat que le partenariat avec le Maroc peut englober plusieurs secteurs, notamment le tourisme et la culture. 

Si les relations commerciales entre les deux royaumes pourraient être portées à un meilleur niveau après le Brexit, d’autres secteurs jugés intéressants pour Londres au Maroc peuvent faire l’objet d’un développement des efforts. En ce sens l’ambassadeur britannique au Maroc à appelé les Marocains à faire preuve de plus d’imagination pour déterminer les projets sur lesquels Londres et Rabat peuvent travailler.

Stephanie Al Qaq a rappelé que la Grande-Bretagne avait de grandes ambitions dans sa future relation avec le Maroc avec qui elle partage une vision semblable dans plusieurs dossiers régionaux ou internationaux et que Londres cherchait à travailler avec Rabat en Afrique.

Des valeurs communes 

D’autre part, la directrice du département MENA au Foreign & Commonwealth Office a indiqué que le partenariat entre les deux royaumes ne s’arrêtait pas qu’au niveau commercial, mais que cela englobait, selon la volonté de Londres, plusieurs champs, notamment concernant l’éducation et la culture, notant « les grandes similitudes de nos deux pays en termes de valeurs sur plusieurs sujets ».

« Les Britanniques sont très portés sur la préservation de leurs valeurs » qu’ils défendent beaucoup, « et les Marocains sont pareils« , a-t-elle affirmé.

« Nous avons un pays qui a une énorme fierté pour nos valeurs, les mêmes que vous avez. Nous avons beaucoup de choses à faire ensemble pas seulement sur le volet commercial mais aussi sur le volet social« , a-t-elle laissé entendre.

Elle a en outre, affirmé que Londres et Rabat peuvent renforcer leur partenariat sur le « soft power », pour lequel le Royaume-Uni voue une grande importance selon elle, citant à titre d’exemple la possibilité d’initier des discussions et des débats autour de plusieurs thématiques, mais aussi le champ culturel, la science et le développement, l’innovation. Le champ des possibilités est très ouvert et large, a-t-elle indiqué.

« En venant ici après ma dernière visite en 2003, je me suis rendue compte des grands changements positifs et la multitude de possibilités », a-t-elle déclaré, affirmant qu’il ne reste qu’aux gouvernements des deux pays de travailler sur les domaines de coopération. « L’énergie, le dynamisme pour le futur, m’ont vraiment frappée et c’est très inspirant« , a encore dit Stephanie Al Qaq.

Concernant le volet culturel et touristique, l’ambassadeur britannique au Maroc Thomas Reilley a indiqué de son côté, qu’un documentaire a été réalisé sur les vestiges romains du site historique de volubilis après qu’un expert dans le domaine soit venu. « Nous avons signé un accord avec l’Université de Cambridge pour qu’elle organise une exposition des bronzes de Volubilis« , a-t-il déclaré, tout en affirmant que « le chemin est ouvert, on peut tout faire« .

« C’est aux Marocains aussi d’avoir un peu d’imagination pour identifier les chemins sur lesquels on peut travailler ensemble« , a-t-il estimé.

Le tourisme, un secteur à fort potentiel

Thomas Reilly s’est également penché sur volet touristique, affirmant que 750.000 touristes britanniques viennent au Maroc chaque an. « On a fait un bilan, et ils dépensent dans les environs de 400.000 livres sterling quand ils viennent ici, donc il y a une contribution assez forte du tourisme dans l’économie marocaine », a-t-il ajouté, soulignant que les Britanniques sont les deuxièmes visiteurs du Maroc en nombre de nuitées.

De plus, l’ambassadeur a tenu à souligner que lorsque « les Britanniques viennent, ils ne logent pas dans des petits hôtels, et ils dépensent beaucoup ». Il a cependant pointé du doigt les services « où il y a beaucoup à faire« .

L’ambassadeur britannique a récemment fait une malencontreuse aventure avec les services de la Royal Air Maroc (RAM) et n’a pas caché son irritation sur ses réseaux sociaux.

Confirmant les dires de l’ambassadeur, Stephanie Al Qaq a affirmé que l’appétit des Britanniques pour les voyages et le tourisme est important. Le Maroc « a tout à offrir« , a-t-elle mis en avant, désignant de la main le soleil et la vue depuis la résidence de l’ambassadeur britannique à Rabat. « Donc je m’attend à voir ces chiffres monter encore plus », a-t-elle prédit.

« J’encourage fortement (le Maroc, ndlr) à penser à comment promouvoir le pays encore plus en Grande Bretagne. Vous avez tellement de la variété », a-t-elle dit affirmant qu’elle reviendra, après cette visite de travail, avec sa famille pour des vacances privées.

Mairie de Paris: Benjamin Griveaux se retire de la course à cause d'une vidéo à caractère sexuel