Essaouira: Pour l’implication de tous les acteurs dans la promotion touristique

11 Fév 2020 à 14:53 Culture
Essaouira: Pour l’implication de tous les acteurs dans la promotion touristique

Après la visite du Roi Mohammed VI dans la ville de Mogador, à la faveur d’un nouvel élan de développement, le Conseil provincial du Tourisme (CPT)  à Essaouira a organisé un premier atelier incubateur qui s’articule autour du développement de la ville et son arrière pays sous la thématique « Let’s Think tank Essaouira ».

Une rencontre qui a donné lieu à un échange et un partage d’idées quant à l’avenir 2.0 de la ville et de sa région et qui a connu la participation de plusieurs personnalités, notamment le conseiller du Roi, André Azoulay, le délégué touristique de la ville d’Essaouira, Redouane Khan, ou encore le président de l’Association Essaouira-Mogador, Tarik Otmani.

L’atelier a également permis d’alimenter la réflexion du CPT d’Essaouira quant à l’essor touristique de la ville, afin d’intégrer la feuille de route 2020 de la Confédération nationale du tourisme (CNT) dans le but de faire du Royaume, et d’Essaouira en particulier, une destination authentique.

Selon les organisateurs, l’avenir d’Essaouira s’illustre déjà par plusieurs projets d’envergure, notamment la réalisation d’une Cité des arts et de la culture, un complexe intégré de l’artisanat, et qui prend ses racines en une particularité mondiale à savoir qu’Essaouira est la première ville mondiale à qui ont été décernées 5 distinctions prestige (Site Ramsar ONU, classement UNESCO en tant que ville créative, patrimoine mondial UNESCO de l’ancienne médina, distinction UNESCO pour la musique Gnaoua, distinction UNESCO pour la biosphère de l’Arganerie).

Joint par Hespress Fr, Tarik Otmani, président de l’Association Essaouira-Mogador, a indiqué que cet atelier, organisé suite à la visite royale, a favorisé la réflexion autour de la vision touristique de l’année 2020 pour la cité des Alizées.

Mais pas que ! Cette journée a également été axée sur l’aspect culturel de la ville, poursuit notre interlocuteur, avec le développement de la nouvelle synagogue et « Bayt Dakira » que le Roi a visités, la nouvelle cité des arts dessinée par le grand architecte brésilien Oscar Niemeyer, et dont les travaux vont démarrer bientôt, ainsi que les nombreux événements culturels ponctuels de la ville que ce soit le festival des Alizées, les Andalousies atlantiques, Gnaoua ou encore le festival du Jazz.

« Aujourd’hui, justement, la ville d’Essaouira arrive à vivre grâce à ses événements. Donc cette rencontre a également été l’occasion pour avoir l’opinion des acteurs touristiques de la ville. On a aussi fait un état des lieux, pour voir ce qu’il y a à régler ou à développer, en conformité avec les attentes des acteurs touristiques surtout de l’ONMT et l’accompagnement du ministère du tourisme », a souligné Tarik Otmani.

Tout en rappelant qu’Essaouira reçoit aujourd’hui une trentaine de vols par semaine, notre interlocuteur relève que si les tous les acteurs touristiques n’arrivent pas à maintenir cette cadence, la ville ne pourra pas avancer, ni en termes d’investissement ni en termes d’animation touristique.

La plupart de ces événements, soit près de 90%, sont organisés par des associations locales ou la société civile elle-même, fait remarquer Tarik Otmani, notant dans ce sens que « sans l’implication des autorités ou des organismes tels que l’ONMT qui sont directement concernés, les choses ne pourront pas avancer de manière concordante et dans le bon sens ».

« L’idée était de les impliquer dans l’organisation et la programmation annuelle des événements. Parce que, malheureusement, on se retrouve maintenant l’ONMT  en train de faire, seul, un travail de promotion sans concertation avec la ville, et la ville a un programme annuel qu’elle travaille aussi seule. Et ça, ce n’est pas normal. Il faut qu’il y ait une concertation entre les deux parties et non pas que chacun travaille de son côté», observe-t-il.

Et justement, dit-il en guise de conclusion, « l’objectif de la rencontre était d’arriver à la concertation entre toutes les parties concernées. Peut-être y aura-t-il une seconde rencontre dans les prochains jours toujours avec les professionnels et les administrations, notamment l’ONMT, le ministère de la culture et le ministère du tourisme ».

Partenariat Maroc-UE: Discussions à Bruxelles entre Benchaâboun et Paolo Gentiloni