Eclaboussé par le scandale de violences sexuelles le président de la FDSG Didier Gailhaguet jette l’éponge

08 Fév 2020 à 15:33 Sport
Eclaboussé par le scandale de violences sexuelles le président de la FDSG Didier Gailhaguet jette l’éponge

Eclaboussé par le scandale de violences sexuelles dans le monde des sports de glace en France, Didier Gailhaguet a annoncé sa démission de sa fonction de président de la Fédération des sports de glace à l’issue d’une réunion fédérale extraordinaire ayant eu lieu ce matin qu’il avait provoquée.

Mais il faut dire, qu’acculé de partout, il n’avait vraiment plus le choix que de s’en tenir à cette défection qui in fine, arrange ou soulage bien du monde. « Dans un souci d’apaisement, j’ai pris avec philosophie, dignité, mais sans amertume la sage décision de démissionner » a-t-il déclaré à la presse au sortir de la réunion.

Il ne pouvait plus y échapper. Au cœur d’une tempête qui a pris à chaque jour de plus en plus d’ampleur, le président de la Fédération française des sports de glace qui avait toujours refusé de démissionner, et ce malgré l’insistance de la ministre des Sports Roxana Maracineanu (qu’il a qualifiée de « ministre moralisatrice »), a in fine, capitulé sous la pression.

C’est la révélation dans un livre de l’ancienne patineuse Sarah Abitbol dont elle est l’auteur « Un si long silence » relatant le scandale de violences sexuelles dans le patinage et qu’elle avait subi à l’âge de quinze ans et où elle accusait nommément son entraineur de l’époque Gilles Beyer, qui a déclenché ce scandale dans les sports de glisse et le sport en France en général. Une vague de révélations de violences sexuelles s’en était suivie car les langues s’étaient déliées un peu à l’image de #me too. Plusieurs anciennes sportives des sports de glace, notamment les patineuses avaient alors accusé trois entraîneurs différents d’avoir abusé d’elles entre la fin des années 1970 et le début des années 1990, quand elles étaient encore adolescentes.

Depuis plus d’une semaine, le sport français vit une crise sans précédent du aux scandales sexuels qui le salissent. En football le e président du club d’Angers mis en examen pour agressions sexuelles Saïd Chabane, 55 ans, avait été placé en garde à vue mercredi dernier à la suite de plaintes d’une salariée et de deux ex-salariées. Il a nié les faits mais n’en est pas pour autant sorti d’affaire.

LCD: le pactole promis aux joueurs du WAC en cas de qualification en demi-finale