Nasser Bourita: Nous ne pouvons être plus Palestiniens que les Palestiniens eux-mêmes

04 Fév 2020 à 17:51 Gouvernement
Nasser Bourita: Nous ne pouvons être plus Palestiniens que les Palestiniens eux-mêmes

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a rejeté les enchères politiques au nom de la question palestinienne, dans le contexte de la position qu’il a exprimée concernant ce qui est désormais connu comme « le deal du siècle » que propose le président américain Donald Trump comme plan de paix au Moyen-Orient. 

En réponse aux questions d’un certain nombre de conseillers parlementaires lors de la ratification des deux lois sur la délimitation des eaux marines à la deuxième Chambre ce mardi, Nasser Bourita a affirmé que les positions du Maroc concernant le plan de paix américain « doivent être rationnelles et non par le biais de surenchères vides de sens comme certains pays l’ont fait ».

« Ce qui compte pour le Maroc, c’est la position de l’Autorité palestinienne sur notre position, pas ce que dit la presse« , a déclaré Bourita dans sa réponse. Il a souligné que « le Maroc prend comme base l’existence d’une initiative américaine », ajoutant que « toute initiative doit être positive, mais elle ne prive pas les droits légitimes des Palestiniens qui peuvent la rejeter ».

Nasser Bourita a en outre indiqué que « le Royaume apprécie les efforts de paix déployés par l’administration du président américain Donald Trump, après avoir noté que Washington parle pour la première fois d’une solution à deux Etats« , précisant que « les Palestiniens ont le droit d’accepter ou de rejeter l’accord », avant de s’adresser aux conseillers de la deuxième Chambre en disant que « nous ne pouvons être plus Palestiniens que les Palestiniens eux-mêmes ».

Dans sa réponse aux critiques sévères des conseillers du PJD qui considèrent la cause palestinienne comme la première question nationale pour les Marocains, Nasser Bourita a déclaré que « la première question de la diplomatie marocaine est la question du Sahara marocain ».

Le ministre des Affaires étrangères a refusé de répondre aux questions de certains conseillers concernant des informations parues dans la presse israélienne selon lesquelles le gouvernement israélien aurait cherché à conclure un accord tripartite comprenant à la fois le Maroc et les États-Unis d’Amérique, et que le Maroc aurait obtenu la reconnaissance américaine de sa souveraineté sur son Sahara, en échange de la normalisation des relations maroco-hébreuses.

Dans sa réponse aux questions de la presse, Bourita n’a pas nié les données contenues dans un reportage télévisé, réalisé par la chaîne israélienne « 13 », mais il s’est accroché au refus de commenter la validité du « deal israélo-américain pour le Sahara marocain« .

Le chef de la diplomatie marocaine a estimé que « le Maroc n’est pas intéressé à clarifier la véracité de ce qui est publié dans les médias israéliens ou les articles de presse, tant que ce n’est pas publié par des autorités officielles claires« .

Marocains bloqués au Levant: Le rapatriement d'abord