Six individus qui falsifiaient des papiers pour la migration clandestine arrêtés par le BCIJ

01 Fév 2020 à 13:11 Société
Six individus qui falsifiaient des papiers pour la migration clandestine arrêtés par le BCIJ

Le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) relevant de la Direction générale de la Surveillance du territoire national (DGST) a arrêté vendredi, sur la base d’informations précises fournies par la DGST, six individus, dans les villes de Casablanca, Khouribga, Rabat et Agadir, qui s’activaient dans le cadre d’une bande criminelle spécialisée dans l’organisation de la migration clandestine.

Les mis en cause utilisaient des documents officiels falsifiés requis dans la constitution des dossiers de demande de visas, indique un communiqué du Bureau, faisant savoir que les opérations de fouilles effectuées dans les domiciles des suspects ont permis la saisie d’équipements informatiques utilisés pour la falsification, une imprimante, un scanner, 34 tampons d’institutions publiques, de banques et d’autorités locales, des dossiers contenant des documents administratifs des candidats à la migration, 11 cahiers d’état civil, 20 actes de naissance, des imprimés d’attestations administratives et des attestations de travail dans des sociétés.

Ils ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête judiciaire menée sous la supervision du parquet compétent, en vue de définir l’ensemble des affaires criminelles dans lesquelles ils sont impliqués, d’identifier les bénéficiaires de ces actes criminels, d’appréhender l’ensemble des complices et de déterminer les ramifications de ce réseau au Maroc et à l’étranger ainsi que ses liens éventuels avec d’autres réseaux criminels afin de les démanteler et d’assécher leurs sources de soutien, ajoute la même source.

Et de préciser que le démantèlement de ce réseau criminel s’inscrit dans le cadre des opérations de sécurité visant à lutter contre le crime organisé, en particulier l’immigration clandestine et la traite d’êtres humains, et à combattre ce fléau et ses répercussions négatives sur la sécurité et la stabilité.

Visite: Voici à quoi ressemble le centre de formation de la DGAPR