Chine : Mode de transmission et propagation de l’épidémie du coronavirus en hausse constante

27 Jan 2020 à 12:39 Monde
Chine : Mode de transmission et propagation de l’épidémie du coronavirus en hausse constante

Apparu à la mi-décembre sur un marché de Wuhan, l’épidémie du coronavirus a déjà fait 80 morts et contaminé près de 3000 personnes. Sans vraiment céder à la panique, la propagation prête tout de même à l’inquiétude dans certains pays qui s’astreignent à certaines mesures strictes et notamment celles afférentes au contrôle de leurs frontières aériennes, maritimes et terrestres.

C’est ainsi que la Mongolie, qui partage une longue frontière avec la Chine, a décidé de fermer les points de passages routiers avec ce pays afin d’éviter une contamination par le nouveau coronavirus. La Mongolie a en outre annoncé que le pays fermait ses écoles et universités jusqu’au 2 mars. Le Vietnam qui également à une frontière commune avec la Chine s’apprêterait à prendre des mesures similaires. Ports, check-points frontaliers terrestres, aéroports à travers le monde sont petit à petit en train d’être verrouillés de part des mesures parfois draconiennes dans certains pays.

L’évidence de l’heure c’est que l’épidémie du nouveau coronavirus 2019 nCoV semblable au SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) se propage hors de Chine. Des personnes contaminées sont régulièrement signalées dans plusieurs pays depuis sa propagation à partir de Wuhan, dans le centre-est de la Chine, où elle a fait son apparition. L’Arabie saoudite, le Canada, le Népal viennent d’entrer dans le club pour l’instant encore fermé des pays contaminés.

On en sait un peu plus sur les processus de contamination et les modes de transmission identifiés sont, au-delà qu’elles se font d’humains à humains, les postillons (gouttes de salive projetées en parlant, en toussant ou en éternuant) ainsi qu’un contact prolongé avec une personne malade. Selon les autorités sanitaires chinoises, les malades sont contagieux avant même de présenter des symptômes. Les patients peuvent ainsi propager le virus sans même savoir qu’ils sont malades sur une période d’incubation qui va de deux à quatorze jours.

La Chine, comme ultime mesure, vient de prolonger, ce lundi, son long congé du Nouvel an lunaire dans l’espoir de retarder le pic d’affluence dans les transports et de réduire les risques de contagion. Selon les scientifiques de l’Imperial College de Londres, chaque personne contaminée infecte à son tour 2 à 3 personnes. « On estime que, en moyenne, chaque malade a infecté 2,6 personnes », expliquent les scientifiques, qui ont utilisé des outils de modélisation mathématique. Dans ce contexte d’inquiétude grandissante, la France à l’instar des Etats-Unis et de l’Australie s’apprêtent à organiser un rapatriement  dans la semaine de leurs ressortissants de la région de Wuhan, épicentre de l’épidémie.

Selon le journal britannique The Guardian, l’OMS qui avait estimé la semaine passée que le déclenchement de l’urgence n’était pas encore nécessaire alors que l’épidémie s’étend désormais à plus d’une dizaine de pays, doit tenir une réunion spéciale à Pékin ce lundi en présence d’officiels. En effet, la visite du directeur de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, aura pour but de définir avec les autorités des moyens d’endiguer le virus ou du moins sa propagation. On rappelle que plus de 60 millions de Chinois sont confinés dans la province du Hubei dont Wuhan l’épicentre du coronavirus chinois est la capitale tentaculaire.

Alger et Ankara annoncent une augmentation du volume des échanges sur fonds de conflit libyen