Brexit: La Reine Elizabeth ouvre la voie à un accord avec Washington

23 Jan 2020 à 19:53 Monde
Brexit: La Reine Elizabeth ouvre la voie à un accord avec Washington

A huit jours du départ du Royaume-Uni de l’Union européenne, les événements s’activent dans la sphère politique britannique. Après la validation par le Parlement de l’accord sur le Brexit la veille, jeudi 23 janvier, c’est la reine Elizabeth II qui l’a promulgué. De leur côté, les Américains n’ont pas caché leur intention de conclure un accord avec Londres dans les plus brefs délais. 

« Sa Majesté la reine a donné son assentiment royal » au texte sur le Brexit qui règle les modalités de la rupture avec l’Union européenne après 47 ans d’une union marquée par de nombreux hauts et bas, a annoncé sur Twitter le ministre chargé du Brexit, Steve Barclay. « Inscrit dans la loi, cela permet au Royaume-Uni de quitter l’UE le 31 janvier« , a-t-il ajouté.

Promulgué à présent par la souveraine britannique, le texte a force de loi, et devrait ouvrir la voie à sa ratification par le Parlement européen le 29 janvier afin que la Grande-Bretagne puisse faire sa sortie définitive de l’Union européenne le 31 janvier.

Suite à l’adoption de l’accord par le Parlement britannique, le Premier ministre Boris Johnson a réagi dans un communiqué indiquant que « parfois, nous avions l’impression que nous ne franchirions jamais la ligne d’arrivée du Brexit, mais nous l’avons fait« .

« Nous pouvons maintenant oublier les rancœurs et les divisions de ces trois dernières années et nous concentrer sur la mise en oeuvre d’un avenir radieux et palpitant« , a-t-il ajouté.

Jeudi, depuis le Forum économique mondial à Davos, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, a affirmé que les Etats-Unis espéraient conclure courant 2020 un accord commercial avec le Royaume-Uni.

Cet accord « est une priorité absolue pour le président Trump et nous prévoyons de le conclure avec eux cette année, ce qui, nous le croyons, sera bon pour eux et pour nous« , a-t-il déclaré en référence avec les britanniques.

Taclant l’Union européenne avec qui les discussions sont beaucoup plus difficiles, le ministre américain au Commerce Wilbur Ross, a affirmé qu’il « y a moins de problèmes entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis qu’entre le Royaume-Uni et l’Union européenne (…) nos économies sont assez semblables. Toutes deux sont très lourdement orientées vers les services, avec une abondance de services financiers et il y a déjà un haut degré d’intégration et de coordination. Cela devrait donc être plus facile« .

Donald Trump somme l’Europe de rééquilibrer la balance commerciale