Les activités royales à Essaouira, une leçon de culture, de tolérance et de dialogue entre civilisations

18 Jan 2020 à 13:11 Politique
Les activités royales à Essaouira, une leçon de culture, de tolérance et de dialogue entre civilisations

Le Roi Mohammed VI était cette semaine à Essaouira, une visite jalonnée d’activités visant à faire de la cité des Alizées un centre où rayonnent l’histoire, la culture et l’art du Maroc, mais également ses valeurs de tolérance, de cohabitation et de dialogue inter-civilisationnel. 

Ainsi, le Roi a commencé par visiter l’ancienne médina d’Essaouira, l’un des patrimoine historiques de cette ville du Sud et du Royaume et qui a fait peau neuve grâce au programme complémentaire de réhabilitation et de mise en valeur de l’ancienne médina d’Essaouira (2019-2023).

Un chantier qui porte sur 26 projets et qui contribuera au rayonnement culture et touristique de la ville du Mogador et améliorera les conditions de vie et de travail de ses habitants, et dont bénéficieront de manière directe les 13.000 habitants de la médina.

Le Roi a également procédé a l’inauguration du barrage « Moulay Abderrahmane », réalisé sur l’oued Ksoub, pour une enveloppe budgétaire globale de 920 millions de dirhams (MDH), le projet d’aménagement hydro-agricole du périmètre « Ksoub » à l’aval du nouveau barrage, qui mobilise des investissements de l’ordre de 238 MDH, et des projets d’eau potable concernant la réalisation d’une station de traitement des eaux du barrage « Moulay Abderrahmane ».

Les travaux d’une cité d’arts et de la culture ont également été lancés par le Roi Mohammed VI à la ville du Mogador, où il a procédé à l’inauguration d’un complexe intégré de l’artisanat. Des projets qui ont pour but de consacrer la vocation d’Essaouira en tant que ville d’histoire et de faire du secteur de l’artisanat un levier de développement économique et social.

La communauté juive d’Essaouira a également eu droit à une visite du Roi Mohammed VI qui porte un grand intérêt à l’ensemble des communautés vivants au Royaume. Le Souverrain s’est donc rendu à « Bayt Dakira » à Essaouira, et a offert un dîner en l’honneur des membres de la communauté juive marocaine, notamment le secrétaire général de la Communauté juive au Maroc, Serge Berdugo, le Grand Rabbin de Genève, Yzhak Dayann, le Directeur-exécutif de la fédération sépharade américaine, Jason Guberman et l’acteur et humoriste, Gad El Maleh et des grandes personnalités venues du monde entier assister à ce grand événement.

Un dîner marqué par la présence également des conseillers du Souverain Fouad Ali El Himma, André Azoulay et Yassir Zenagui, de membres du gouvernement, de la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay et de l’ambassadeur d’Allemagne à Rabat, Dr Gotz Schmidt Bermme.

Le Maroc, un pays de culture, d’art et de tolérance

Il s’agit ainsi d’une visite fructueuse effectuée par le Roi à Mogador et qui, selon Tajeddine El Husseini, « rentre dans un grand programme, dans une stratégie globale qui ne concerne pas uniquement la réhabilitation de la ville d’Essaouira, mais aussi dans un cadre culturel, économique, et touristique».

«Cette visite a pareillement été caractérisée par la présence d’Audrey Azoulay, directeur générale de l’Unesco, qui a récemment classé la musique Gnaoua patrimoine culturel universel et héritage de l’humanité et, de ce fait, Essaouira ne sera plus considérée comme une ville touristique ordinaire, mais une ville de privilège par rapport à sa musique, à sa mer et aussi en ce qui concerne les monuments historiques qui s’y trouvent sur ce site», a indiqué l’universitaire au micro d’Hespress Fr.

S’agissant de l’inauguration du centre «  Bayt Dakira »,  notre interlocuteur estime que cela « prouve encore une fois, que le Roi Mohammed VI est le commandant de tous les croyants, pas uniquement les musulmans, mais également les chrétiens et les juifs ».

En effet, souligne Tajeddine El Husseini, «les juifs sont une partie intégrante de l’histoire du Royaume, qui les a toujours protégés et défendus. On se souvient à l’époque du gouvernement Vichy qui a demandé au Roi Mohammed V de lever le titre de citoyenneté pour un certain nombre de juifs pour pouvoir les rapatrier et en Allemagne. Opposant son refus, le défunt Roi avait affirmé que ce sont d’abord des citoyens marocains, qu’ils étaient ses enfants et qu’il ne pouvait pas les livrer à quiconque ».

Un fait marquant pour tous les juifs, met en avant notre interlocuteur, affirmant par ailleurs que les membres de la communauté juive du Maroc ou de par le monde « ont toujours cette nostalgie qui les mène encore vers le Maroc pour des visites. Ils continuent d’observer dans leurs pays de résidence les coutumes marocaines, la musique marocaine et toutes ses traditions en relation avec le Royaume ».

Toujours au sujet de l’intérêt que porte le Roi Mohammed VI à la communauté juive du Maroc, Tajeddine El Husseini affirme que cela s’inscrit parfaitement dans « la politique de tolérance, de coexistence et de dialogue entre les civilisations, prônée par le Souverain ».

«De par cette cette politique, le Maroc est en droit d’être fier de ses origines sahraouie, Andalouse, Amazighe, arabe, juive, chrétienne et africaine. Le Maroc est un centre de rencontre entre les civilisations et les cultures et c’est ce brassage qui donne au Royaume ce positionnement stratégiquement, ouvert à toutes les cultures et toutes les civilisations», conclut notre interlocuteur.

CSMD/INPPLC: Faire de la lutte contre la corruption "un axe fondamental" du nouveau modèle de développement