Harry et Meghan: La décision qu’ils vont regretter

19 Jan 2020 à 16:40 Monde
Harry et Meghan: La décision qu’ils vont regretter

Alors que les britanniques viennent tout juste de voir le bout du tunnel avec le film à rallonge du Brexit, c’est une nouvelle « sortie », et pas des moindres, qui a pris le relais. Le couple princier Harry et Meghan a surpris même la reine d’Angleterre avec son MEGXIT. La sentence de la Queen ne s’est pas faite attendre.

Ils avaient une chance de devenir le couple le plus en vogue de la royauté au Royaume-Uni. Harry, l’enfant terrible (mais aussi le plus apprécié des britanniques) qui a trouvé son bonheur et qui s’est assagi aux côté de l’actrice américaine Meghan Markle.

Elle est américaine, divorcée, métisse, et sa carrière d’actrice a décollé grâce à son rôle dans la série Suits. Meghan Markle qui a eu un mariage digne d’une princesse, a réussi sa transformation vers son titre de duchesse de Sussex et, pouvait faire bien plus encore.

Elle pouvait en effet représenter avec le prince Harry, le couple nouveau-genre qui rafraîchit l’image de la monarchie britannique, et pouvait devenir une icône représentative de la grande mixité que connait le pays.

Déjà comparée à la princesse Diana, la mère du prince Harry, Meghan avait encore une fois, une chance de se placer dans le cœur des britanniques et faire de l’ombre à Kate, l’épouse de William. Mais, la pression des tabloïds a eu raison d’elle. Elle l’avait d’ailleurs dit dans une interview accordée à ITV lors de son déplacement en Afrique du Sud. Elle souffrait de l’acharnement médiatique.

Celle qui vient pourtant du monde des strass et des paillettes de Hollywood, vivait plutôt discrètement aux Etats-Unis. Elle n’était pas préparée aux tabloïds britanniques, réputés pour faire et défaire les personnalités.

 Harry et Meghan veulent voler de leurs propres ailes

La nouvelle s’est abattue comme du tonnerre chez la famille royale britannique lorsque Harry et Meghan ont annoncé via leurs réseaux sociaux qu’ils renonçaient à leur titre de membre senior de la famille royale (leur fonctions royales, ndlr), renonçant aux revenus que cela impliquait et, qu’ils allaient à présent vivre entre la Grande Bretagne et le Canada, le pays où Meghan a vécu pendant de nombreuses années pour le tournage de Suits.

Dans la presse britannique, on affirmait que la Reine Elizabeth n’était pas au courant, seulement, des signes annonciateurs de cette « rupture » étaient déjà là lorsque le couple a décidé de vivre séparément de l’autre couple princier William et Kate, dans le dFrogmoore Cottage dans lequel ils ont engagé 2,4 millions de livres britanniques (payés par les impôts) pour le rénover.

Le couple a également a refusé que leur fils Archie soit anobli et dispose du titre de prince comme ses cousins, pour qu’il puisse vivre une vie « normale ». D’ailleurs, la reine Elizabeth elle-même avait fait son traditionnel discours de fin d’année, depuis son bureau avec des photos de son époux, son fils, et celle de la famille de William et Kate, sans la présence de Harry et Meghan.

La reine qui a été interpellée par la nouvelle de son petit-fils a convoqué une réunion urgente avec les principaux concernés dans cette affaire, à savoir son fils et ses deux petits-fils pour discuter de cette décision. Face à l’entêtement de Harry, la reine n’a pas réussi à le résonner et a fait publier un communiquer dans lequel elle affirme soutenir sa décision.

Les britanniques et la presse restent mitigés. S’ils apprécient que le couple veuille vivre indépendamment financièrement et renoncer à ses fonctions princières, ils ne comprennent cependant pas comment veut-t-il continuer à bénéficier des avantages de la couronne. En jeu, ce sont les 4,9 millions de livres sterling qu’ils se partagent avec le prince William annuellement et qui leur sont versés par la reine à travers le Sovereign Grant, payé par le contribuable.

Le couple a affirmé qu’il renonçait à cette somme mais qu’il souhaitait continuer à toucher l’argent du prince Charles qui les entretient à 95% selon leurs propres déclarations grâce à la rente de ses domaines agricoles.

Autre décision de Meghan et Harry qui a attisé les foudres de la presse britannique, c’est leur intention de ne pas totalement se défaire de la royauté cherchant à garder toujours un pied dans le système en ayant des avantages mais de leur côté, renoncent à faire leur part du deal, une sorte de royauté flexible.

La réponse de la reine à cette théorie ne s’est pas faite attendre. Après son communiqué décrit comme celui d' »une grand-mère », loin de son image austère habituelle, Elizabeth II a repris du poil de la bête en privant le couple de son titre d’altesse royale mais ils conserveront leur titre de duc et duchesse de Sussex. Par ailleurs, ils ne seront plus membres actifs de la famille royale.

«Le duc et la duchesse de Sussex n’utiliseront plus leur titre d’altesse royale étant donné qu’ils ne sont plus des membres actifs de la famille royale», a écrit le palais de Buckingham. «Harry, Meghan et Archie seront toujours des membres très aimés de ma famille», a ajouté la reine d’Angleterre.

Alors que le couple vient de limoger son personnel du Frogmoore Cottage, il s’est engagé à payer les frais de rénovation de ce lieu qui restera d’ailleurs, leur résidence lorsqu’ils seront au Royaume-Uni. Selon les dernière nouvelles, le couple Harry et Meghan devrait passer la majeure partie de l’année au Canada.

L’affaire du MEGXIT n’est pas près de toucher à sa fin puisque plusieurs questions d’ordre financier restent à régler, notamment qui va à présent payer les frais de voyage du couple qui utilise des jets privés, même chose pour leur personnel et leur garde rapprochée qui était assurée par le contribuable et qui revient à 650.000 livres par an. En tous les cas, la reine a assuré en ce sens qu’il y aurait une « période de transition » pour organiser le divorce avec la famille royale britannique.

Paris : Mohammed Moussaoui seul candidat à l'Election au Conseil du culte musulman