Site Azéri: L’ouverture d’un consulat général de Gambie à Dakhla, une percée pour la diplomatie régionale

13 Jan 2020 à 20:47 Politique
Site Azéri: L’ouverture d’un consulat général de Gambie à Dakhla, une percée pour la diplomatie régionale

Le site azéri d’informations  »Eurasia Diary », a qualifié de « percée pour la diplomatie régionale », l’ouverture par la République de Gambie d’un consulat général dans la ville de Dakhla, dans les provinces du Sud du Maroc.

Citant l’experte l’analyste politique azérie, Anastasia Lavrina, le site souligne cette démarche intervient également après la décision similaire des Iles Comores, qui ont inauguré en décembre dernier, un consulat général dans la ville de Laayoune.

Pour l’experte et conférencière internationale, ce processus se poursuivra en ce sens qu’il est prévu que plusieurs pays devraient apporter cette année leur soutien aux efforts du Maroc pour résoudre le conflit du Sahara conformément à la légalité internationale et pour consolider le développement du Sahara marocain.

 »cette donne va dans le sens de la décision de renforcer la présence diplomatique au Sahara marocain et de marquer une rupture des liens avec les séparatistes de la soi-disant Rasd », a estimé l’analyste.

Elle en veut pour preuve, entre autres, le cours pris par les événements et qui est dans l’intérêt de plusieurs pays, car cela leur permettra d’accéder aux régions du sud du Maroc, renforçant ainsi leur présence dans la région grâce au développement de la coopération.

La coopération diplomatique, a-t-elle avancé, permettra de développer des partenariats économiques et commerciaux et de renforcer le commerce et le tourisme, ce qui sert les intérêts du Royaume et le continent tout entier.

Anastasia Lavrina a, en outre, souligné que l’ouverture du Maroc au développement de la coopération commerciale et économique dans la région, dans le cadre de la mise en œuvre des politiques menées par le Roi Mohammed VI, fait du Royaume un pays très attractif pour les investissements et accroît le nombre de partenaires étrangers.

Et de faire valoir que cet événement joue un rôle important pour le règlement de ce conflit qui dure depuis plusieurs décennies et qui ne permet pas de tirer pleinement profit des potentialités dont regorge la région, soulignant que les pays africains sont convaincus qu’il est nécessaire de fournir un soutien diplomatique conformément au Droit international, qui à son tour aura un impact positif sur la population du Sahara marocain.

L’experte a, dans ce sens, rappelé qu’en 2019, le Salvador, le Brésil, le Chili, la République du Suriname et la République dominicaine ont exprimé leur soutien au plan d’autonomie proposé par le Maroc et présenté au Conseil de sécurité des Nations Unies en 2007, notant que ces pays réaffirment leur intérêt à développer la coopération avec le Maroc dans divers domaines et expriment leur appui au Royaume concernant la question du Sahara marocain.

Institut Thomas More: Le Maroc, seul partenaire stratégique fiable de la France dans la lutte antiterroriste